Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Frederic Tremblay
Audio fil du lundi 14 octobre 2019

La grève de la Sépaq n’a pas bousculé les habitudes des randonneurs

Publié le

Le Pic de la tête de chien ne laisse pousser que des petits végétaux incrustés dans la roche.  Il donne accès à un panorama exceptionnel sur la région.
La Sépaq prévoit aménager des trottoirs de bois en bordure de la falaise.   Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Alors que le long congé de l'Action de grâce se termine, les activités n'ont pas été perturbées dans les parcs nationaux de la région touchée par la grève des employés de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq).

Depuis vendredi matin, les employés de la Sépaq sont en grève créant ainsi des attentes plus longues qu’à l’habitude à l’entrée des parcs et une réduction des services.

La location d’équipements comme les kayaks n’est pas offerte tout comme les activités guidées. Les aires de restauration sont également fermées.

Or, d’après les autorités de la Sépaq, le débrayage des employés n'a pas causé de débordement ni de désagrément pour les visiteurs.

En entrevue à l’émission C’est jamais pareil, le porte-parole de l'organisme, Simon Boivin, a souligné que l'achalandage est important dans les parcs nationaux comme les Monts Valin et Pointe-Taillon.

Dans les circonstances, les visiteurs profitent du long congé de l'Action de grâce pour faire des randonnées en forêt et profiter des couleurs de l’automne, explique-t-il.


Simon Boivin apprécie aussi que certains randonneurs sympathisent avec les syndiqués lors de leur passage dans les parcs.

Personne ne reproche à qui que ce soit de vouloir améliorer ses conditions de travail.

Simon Boivin, porte-parole de la Sépaq

Le débrayage se termine aujourd'hui à minuit. La question salariale est toujours au coeur du conflit.

Actuellement, les négociations entre les deux parties sont dans une impasse. Aucune rencontre n’est inscrite au calendrier.

Chargement en cours