•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La scène, un espace de création aux mille et une possibilités

Ces lieux qui nous habitent

Avec Pierre Thibault

Tous les samedis de mars
de 6 h à 7 h

La scène, un espace de création aux mille et une possibilités

Une actrice et un acteur sont sur une scène de théâtre; deux personnes sont sur le côté droit de la scène. Dans la salle, trois personnes les regardent.

Les répétitions sur scène d'une pièce de théâtre

Photo : Radio-Canada / Caroline De La Motte

La comédienne Marie-Thérèse Fortin a joué sur toutes les scènes théâtrales du Québec, dont celles du Théâtre du Trident et du Théâtre d'Aujourd'hui. Le chef Yannick Nézet-Séguin dirige l'Orchestre métropolitain, l'Orchestre de Philadelphie et le Metropolitan Opera de New York; il donne des concerts sur toutes les scènes du monde et développe une relation particulière avec chacune de ces salles. L'architecte Pierre Thibault discute avec ces deux artistes du lieu qui les fait vibrer, la scène.

Pierre Thibault rencontre Marie-Thérèse Fortin dans les coulisses du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, qu’elle a dirigé de 2004 à 2012. La comédienne raconte le processus de transformation exigé pour interpréter un personnage sur scène, l’habillement, le maquillage, jusqu'à « la période de silence qui précède la représentation, le moment où on se centre pour affronter la scène et le public ».

Une femme parle, les yeux en l'air, tandis qu'un homme l'écoute en avant-plan.

Marie-Thérèse Fortin

Photo : Radio-Canada / Caroline De La Motte

« Et puis une fois que c’est lancé, ça ne nous appartient plus, dans le sens qu’on fait ce qu’on a à faire, tout ce qu’on a répété pendant des semaines, et c’est avec le public que ça se passe, c’est-à-dire l’écoute, la réaction, comment ça passe », raconte Marie-Thérèse Fortin.

Le théâtre est le lieu du public. […] C’est vraiment un contact immédiat qui s’invente au fur et à mesure.

Marie-Thérèse Fortin

Lors des répétitions en salle, les comédiens apprennent lentement leur texte. Doucement, tout se met en forme; le corps commence à s’inscrire dans l’espace, qui est différent selon les scènes de théâtre.

On n’a jamais le corps de la vie au théâtre, on a le corps du théâtre. Quand on arrive sur scène, sans qu’on ait rien dit, il faut qu’il se passe quelque chose avec le corps, […] il faut qu’il s’impose par sa présence.

Marie-Thérèse Fortin
Sur une scène de théâtre jonchée d'équipements d'éclairage, un homme tient des micros, une femme est de dos et un autre homme lui parle.

Le technicien Pierre Lévesque, la comédienne Marie-Thérèse Fortin (de dos) et l'animateur Pierre Thibault sur une scène de théâtre

Photo : Radio-Canada / Caroline De La Motte

En raison de leur architecture et de leur configuration, les théâtres amènent chaque acteur à s’adapter. « Les théâtres changent le corps de l’acteur selon leur conformation », ajoute la comédienne rompue à la scène. Pour elle, après toutes ces années au théâtre, entendre des pas sur une scène l’émeut encore.

Dans une salle de répétition de la Place des Arts, quelques jours avant un concert de l’Orchestre métropolitain à la Maison symphonique, le chef Yannick Nézet-Séguin, qui adore les répétitions, s’active avant de rencontrer Pierre Thibault.

C’est important d’aimer répéter […] Je crois qu’il faut se donner aux répétitions, et on donne encore plus au concert.

Yannick Nézet-Séguin
Dans une salle de répétition musicale remplie de lutrins, un homme parle à un autre qui l'écoute attentivement.

Yannick Nézet-Séguin et Pierre Thibault

Photo : Radio-Canada / Caroline De La Motte

La première répétition est le moment le plus stressant pour le chef, parce que « c’est le moment de la mise en relation entre l’imaginaire et le concret, le réel de ce que les musiciens vont nous donner », explique Yannick Nézet-Séguin.

Avant le début du concert, Yannick Nézet-Séguin fait le vide en lui; le silence dans sa loge est très important. Son trac est différent de celui de l’interprète ou du musicien, « car le chef doit être la personne la plus calme sur la scène. […] Si le chef est stressé, ça va stresser tout le monde », dit-il.

Un orchestre répète dans une salle de concert devant un auditoire de six personnes.

L'Orchestre métropolitain, dirigé par Yannick Nézet-Séguin, en répétition à la Maison symphonique de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Caroline De La Motte

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi

  • L'appel du Nord

  • Récit

  • Transmission