Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Doris Larouche
Audio fil du mardi 11 juillet 2017

Le bar rayé inquiète de plus en plus dans les rivières de la région

Publié le

Un bar rayé
Un bar rayé   Photo : Radio-Canada

La présence de bar rayé dans les rivières à saumon de la région inquiète les pêcheurs et les organisations qui gèrent ces cours d'eau.

Un poisson de cette espèce a été capturé la semaine dernière dans la rivière à Mars. Le bar rayé a aussi été aperçu dans la rivière Sainte-Marguerite et dans la rivière Saint-Jean.

Depuis quelques années, il remonte le Saguenay, et là c’est la première fois cette année qu’il remonte toutes les rivières à saumon de la région.

Dany Tremblay, président de Contact-Nature Rivière-à-Mars

Le directeur général de Contact-Nature Rivière-à-Mars, Marc-André Galbrand, explique que ce type de poisson peut causer d’importants bouleversements.

« Le saumon est très sensible et le bar rayé pourrait rapidement avoir un impact faunique majeur sur la population de saumon, non seulement dans la rivière à Mars, mais partout au Saguenay », mentionne-t-il.

Le président de l’organisme, Dany Tremblay, croit qu’il faut agir rapidement. « C’est une sonnette d’alarme parce qu’on a peur à nos populations de saumon. Déjà que le saumon a de la difficulté à se reproduire quand il s’en va dans les eaux internationales, s’il faut qu’il arrive dans sa rivière et qu’en plus sa famille se fasse manger par les bars rayés, ça va pas bien. »

Actuellement, les bars rayés capturés dans les rivières de la région doivent obligatoirement être remis à l’eau. M. Tremblay affirme que ce règlement doit changer. Il aimerait que les bars rayés puissent être conservés pour que le contenu de leur estomac soit analysé, de façon à savoir concrètement de quoi ils se nourrissent.

Marc-André Galbrand demeure toutefois inquiet pour la suite des choses. « Le bar rayé est protégé par le fédéral et le provincial. Par le temps que les protocoles et les procédures puissent changer, on craint que ce soit trop tard pour l’impact faunique », déclare-t-il.

Chargement en cours