Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Nathalie Geddry
Audio fil du samedi 2 novembre 2019

Faire renaître la danse câllée

Publié le

Un homme et une femme au milieu d'un groupe qui font des danses traditionnelles dans une taverne.
De la danse traditionnelle.   Photo : Associated Press / Dustin Safranek

En Nouvelle-Écosse, la directrice de la Société acadienne de Clare, Natalie Robichaud, s'est donnée comme mission de faire renaître la danse câllée, une forme de danse traditionnelle en Acadie.

La danse câllée, c'est des danses normalement assez simples, souvent assez traditionnelles, explique-t-elle. La technique du call consiste à dire haut et fort les figures que les danseurs doivent exécuter. Tout le monde peut participer : les danseurs n'ont qu'à suivre les instructions du câlleur ou de la câlleuse.

Il suffit juste de savoir sa gauche et sa droite. C'est aussi simple que ça.

Natalie Robichaud

Accompagnée des musiciens du groupe Vishtèn, Natalie Robichaud a d'ailleurs câllé une soirée de danse au Marquee Ballroom d'Halifax le 18 octobre dernier, dans le cadre du FrancoFest, le festival des francophones de la région qui se poursuit jusqu'au 3 novembre.

La plupart des cultures ont ce genre de danses folkloriques assez simples, dont la naissance remonte à très longtemps. Chez nous en Acadie, surtout en Nouvelle-Écosse et surtout dans le sud-ouest, ça s'est beaucoup perdu. Il y a 50, 60 ans, on dansait ça dans les granges, lors des mariages, explique Mme Robichaud.

La diversification des styles musicaux, et surtout la naissance de la musique rock, a failli faire sombrer ce genre de danse dans l’oubli. Pourtant, l’époque moderne serait le moment idéal pour les voir renaître, selon Natalie Robichaud.

Natalie Robichaud succède à Elaine Thimot, qui a dirigé l'organisme pendant 15 ans.
Natalie Robichaud, directrice générale de la Société acadienne de Clare. Photo : Radio-Canada/Stéphane Côté

C'est pour communier, en communauté. C'est pour faire des choses, se rapprocher, dit-elle. Ça sonne bizarre de le dire, mais se toucher, je trouve que c'est vraiment sain pour une communauté. Dans des danses câllées, faut qu'on se touche. (...) Ça te met à l'aise avec d'autres personnes de ta communauté. Pour moi, c'est une forme de thérapie.

En plus de travailler à ramener les grandes danses communautaires à la Baie Sainte-Marie, Mme Robichaud a de grands projets pour les jeunes.

Mon rêve, c'est qu’on danse les danses câllées dans les écoles, dans les cours d'éducation physique, confie-t-elle. Elle entend reprendre le manuel Tous ensemble : Guide pour enseigner les danses traditionnelles acadiennes dans les écoles, rédigé en 2004 par Barbara LeBlanc, afin de donner au personnel scolaire les outils pour offrir cette activité aux élèves.

Chargement en cours