•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Geneviève Doiron d'Halifax reçoit une bourse d'études de 100 000 $

Ça se passe ICI

Avec Nathalie Geddry

Samedi de 11 h à 12 h,
11 h 30 à 12 h 30 à T.-N.-L.

Geneviève Doiron d'Halifax reçoit une bourse d'études de 100 000 $

Audio fil du samedi 9 mars 2019
L'élève dans le hall d'entrée de l'école secondaire.

Geneviève Doiron, l'une des boursières Loran 2019

Photo : Radio-Canada

Une élève de 12e année explique comment elle a décroché le prix Loran. Geneviève Doiron, de Bedford dans la région d'Halifax, a remporté une bourse évaluée à 100 000 $ sur quatre ans. Elle fait partie des quelques rares étudiants sélectionnés chaque année.

La Fondation Loran, qui remet ces prix afin de récompenser l'implication sociale et le leadership chez les jeunes, dit évaluer l’intégrité, le courage, la compassion, et l’esprit entrepreneurial des candidats. Pour le prix 2019, l’organisme national a reçu 5089 demandes.

Nathalie Geddry : Il y a des critères autres qu'académiques qui sont évalués durant le processus de sélection. En lisant ta biographie, j'ai vu que tu as lancé un programme de jumelage durant le dîner pour les élèves qui ont des besoins particuliers.

Geneviève Doiron : Deux années passées, j'ai commencé à faire du bénévolat avec les Jeux olympiques spéciaux de la Nouvelle-Écosse. Alors, ça m'a vraiment inspirée à faire plus dans mon école. J'ai vu que les élèves avec des besoins spéciaux dans mon école sont assis séparés des autres élèves, puis je voulais vraiment créer un environnement plus inclusif pour tout le monde. (...) J'ai juste parlé à la direction de mon école. J'ai parlé à la directrice de notre conseil étudiant, et aussi au programme des élèves qui ont des besoins spéciaux. On a créé un programme. (...) Chaque dîner, on a des élèves qui sont jumelés avec un autre élève, et ils font juste des activités ensemble, ou ils mangent ensemble. Ça fonctionne vraiment bien.

Qu'est-ce que tu as vu comme changement depuis le début de ce programme?

G. D. : C'est quand même assez nouveau, mais déjà, je vois que cette amitié qui est créée pendant l'heure du dîner, ça va plus loin que ça. Après les heures d'école ou entre les classes, on voit plus d'amitiés formées entre ces deux groupes d'élèves.

Tu as aussi animé des ateliers durant une conférence provinciale sur le leadership, tu as travaillé comme conseillère dans un camp d'été. Pourquoi est-ce important pour toi, ce genre de travail avec d'autres jeunes?

G. D. : Je crois, pour moi, que le leadership m'a donné tellement de choses, tellement de confiance, tellement d'opportunités de faire des expériences vraiment cool... Alors, je voulais juste donner ça à d’autres jeunes, et inspirer d'autres jeunes à prendre leur place, puis de faire entendre leur voix.

Parlons de la bourse. C'est tout un processus! Vous étiez plus de 5000 candidats au départ. Quelles étaient les étapes?

G. D. : J'ai eu des entrevues via Skype. Trois entrevues. (...) Finalement, ils m'ont dit que j'étais finaliste, alors ils m'ont envoyé à Toronto pour la fin de semaine de finalistes. Là-bas, c'était vraiment une expérience spéciale. Il y avait 88 jeunes tellement passionnés, puis tellement impliqués dans leur communauté, puis tellement intelligents. (...) Aussi à Toronto, j'avais six entrevues à passer.

La Fondation Loran a octroyé le prix à 35 étudiants (Nouvelle fenêtre) de premier cycle en 2019. Geneviève Doiron se donne encore quelques jours pour faire son choix entre les programmes universitaires auxquels elle est intéressée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi