Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Nathalie Geddry
Audio fil du samedi 2 mars 2019

Le surf d'hiver, la passion d'Anthony et William Poulin

Publié le

William Poulin, vêtu de sa combinaison d'hiver avec sa planche de surf sous le bras.
William Poulin traverse la neige pour se rendre à la plage de Cow Bay   Photo : Radio-Canada

« Un beau jour de février comme on les aime, avec personne », lance en riant Anthony Poulin, en admirant l'océan et les vagues à Cow Bay, dans la municipalité régionale d'Halifax.

La plage est en effet déserte, si l'on excepte Anthony et son frère William, deux adeptes de surf d'hiver.

Une journée idéale, c'est un lendemain de tempête que le vent est tombé un peu, mais qu'on a encore des belles vagues, explique William Poulin. Je dirais qu'en regardant ça aujourd'hui, c'est exactement ça qu'on recherche.

Ce que les deux frères privilégient, ce sont les vents qui vont vers le large. Tout le long de l'année, ce sont les meilleurs vents, juge Anthony.

Les deux frères, les planches sous le bras, se préparent à entrer dans la mer.
Anthony Poulin, à gauche, et son frère William, à droite, aiment faire du surf l'hiver. Photo : Radio-Canada

William Poulin s'est établi en Nouvelle-Écosse en 2012 et sa passion pour le surf en a été l'une des raisons majeures. Son frère, qui était dans la région de Québec, s’est laissé séduire par la Nouvelle-Écosse après quelques visites.

Pour la Nouvelle-Écosse, [le surf] c'est meilleur en hiver. C'est là qu'on reçoit les plus grosses tempêtes, donc les meilleures vagues, estime William.

Évidemment, la température hivernale pose une difficulté supplémentaire aux adeptes de ce sport. Il ne faudrait que quelques minutes pour souffrir d'hypothermie. Les deux frères portent des combinaisons de 5 mm à 6 mm d'épaisseur. En même temps, si je compare ça au ski, c'est très faisable aussi. En ski, tu as une combinaison, il fait froid, mais tu es bien finalement, remarque William.

Pour Anthony, le surf est avant tout un mode de vie.

J'aime la connexion avec l'océan, avec la nature, dit-il.

Je crois qu'il y a quelque chose par rapport au surf en hiver que tu ne retrouves pas en surf en eau chaude. C'est le fait d'affronter les éléments, ajoute son frère. Il y a quelque chose de différent qui est attirant.

Chargement en cours