Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Nathalie Geddry
Audio fil du samedi 16 février 2019

Clarice et Louis R. Comeau partagent leurs souvenirs de Maud Lewis

Publié le

Maud Lewis debout devant sa maison, un tableau dans les mains
Maud Lewis tenant un de ses tableaux.   Photo : Contribution : Galerie d'art de la Nouvelle-Écosse

La Nouvelle-Écosse honore l'artiste peintre Maud Lewis ce lundi à l'occasion du Jour du Patrimoine, un férié observé cette année le 18 février.

Maud Lewis, née en 1903 et morte en 1970. Elle a vécu à Marshalltown, tout près de Digby. Malgré la polyarthrite rhumatoïde dont elle souffrait depuis sa jeunesse et une existence passée dans la pauvreté, elle est devenue l'une des artistes les plus connues au Canada. Sa vie a fait l'objet du film à succès Maudie, avec Sally Hawkins dans le rôle titre, en 2017.

Louis R. Comeau, ancien recteur de l'Université Sainte-Anne et ancien chancelier de l'Université de Moncton, et son épouse Clarice, possèdent des oeuvres de Maud Lewis. Ils partagent leurs souvenirs de l'artiste.

Louis R. Comeau devant sa tablette de cheminée, sur laquelle reposent les deux tableaux.
Louis R. Comeau devant ses deux peintures de Maud Lewis Photo : Radio-Canada

C'est dans les années 1960 que Clarice Comeau a fait la rencontre de l'artiste. Maud Lewis avait été découverte, je dirais, par le Star Weekly, qui était un journal national, explique Mme Comeau.

Elle lui a acheté deux tableaux, qu'elle possède toujours aujourd'hui. Et combien avait-elle payé?

Cinq dollars chaque! Ils avaient monté de deux dollars et demi, à cinq dollars chaque après la publication de l'article en 1964, dit Clarice Comeau.

Ces tableaux ont aujourd'hui une renommée mondiale et valent des dizaines de milliers de dollars.

De son côté, Louis R. Comeau n'a pas rencontré Maud Lewis, mais il était présent à ses funérailles en 1970.

Quand j'arrive là, relate M. Comeau, ç'a seulement pris peut-être une minute de plus que le directeur du salon funeraire m'a demandé si je voulais être porteur.

C'était un service simple, se souvient celui qui était alors le député fédéral de Nova Ouest.

Plusieurs activités et événements sont prévus pour honorer Maud Lewis en Nouvelle-Écosse, lundi. Le Musée des beaux-arts de la Nouvelle-Écosse, à Halifax, qui possède une très grande collection de ses oeuvres, est notamment ouvert en cette journée fériée dédiée à l'artiste.

Chargement en cours