•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ça prend un village

Avec Marie Grégoire et Vincent Graton

Le dimanche de 15 h à 16 h

La grande mue de Florence K.

Photo : Radio-Canada

« Je suis très heureuse de ma nouvelle vie estudiantine. Ça m'a apporté un nouveau souffle. » Florence K. est en train de tout retourner dans sa vie professionnelle. Sous peu, la musique, le chant et les spectacles vont laisser la place à sa nouvelle carrière de soignante. Pour la femme de 37 ans, c'est un rêve trop longtemps enfoui qui prend forme. « C'était le temps ou jamais. »

Pour Florence K., la musique était devenue une source de stress trop importante.

La perpétuelle quête d’admirateurs sur les réseaux sociaux, le besoin de définir perpétuellement une stratégie pour se mettre de l’avant, faire de la promotion, remplir ses salles de spectacle : l’artiste en avait assez de tout ça.

Elle veut ramener la musique au rang de simple passion, et se libérer du stress associé à cette profession.

Mais elle n’aurait jamais mis les arts de côté si elle n’avait pas eu un métier stimulant vers lequel se tourner.

« Je me donne une chance de réaliser un vieux rêve, de devenir médecin et d’aller travailler en psychiatrie », dit-elle, visiblement enjouée.

Après plusieurs rencontres avec des conseillers en orientation, des discussions avec des médecins et des psychologues, Florence K. a choisi de retourner aux études.

De son propre aveu, le chemin qu’elle emprunte maintenant est beaucoup plus sinueux qu’elle l’avait envisagé. Mais le jeu en vaut la chandelle, croit-elle.

Je pensais que la science était seulement accessible aux gens qui ont un esprit scientifique. Mais ce n’est pas le cas! La psychiatrie, c’est ce qui rejoint le plus l’art dans la médecine. Il n’y a pas de scan de ton patient à faire. Il faut de la créativité, entourer le patient. En tant que chanteuse, je connais les émotions en profondeur. 

Florence K.

Mais d’ici à ce que sa transformation soit complète, Florence K. est quand même prudente. Pendant cette phase de transition de deux ans, elle va continuer à travailler en musique. Sans la pression, mais toujours avec le plaisir, nous dit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi