Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Éric Robitaille
Audio fil du mardi 29 mai 2018

Que portais-tu?, une exposition qui parle de viol

Publié le

Karine Denis, coordonnatrice au centre Passerelle pour femmes de Timmins
Karine Denis, coordonnatrice au centre Passerelle pour femmes de Timmins   Photo : Radio-Canada

L'idée de l'exposition est née aux États-Unis en 2013. À travers des histoires et des témoignages, elle montre les vêtements des femmes portés lors des agressions sexuelles. « Que portais-tu? » est la question souvent posée aux victimes.

Karine Denis est coordonnatrice du développement communautaire au Centre Passerelle pour femmes du nord de l'Ontario. Elle nous parle de l’exposition.

Le port de tenues suggestives est souvent évoqué dans les cas d'agressions sexuelles. On entend souvent l'argument : si ces femmes ont été victimes d'une agression sexuelle, c'est qu'elles portaient des vêtements qui avaient pour but précis d'attirer le regard de l'homme.

On demande à ces femmes d’assumer une part de responsabilité dans ce qui leur est arrivé, dit Karine Denis. Alors que l’on devrait tourner notre regard sur l’abuseur, ajoute-t-elle

Des histoires du nord de l'Ontario

L’exposition est adaptée à la réalité de chaque pays et de chaque province. C’est le comité des jeunes femmes bénévoles à Timmins qui a sélectionné les histoires des femmes et a choisi les vêtements qui proviennent de la région, nous dit Karine Denis.

Dans une agression sexuelle, on remet en question la plupart du temps le comportement et les vêtements de la victime : Avait-elle bu? Avait-elle des comportements provocateurs? Portait-elle des vêtements aguichants? L'exposition veut casser le mythe, dit-elle.

Les agressions n’ont pas de liens directs avec les vêtements ou le comportement. C’est avant tout une question de contrôle et de pouvoir, précise-t-elle.

Raconter pour reprendre le pouvoir

Il faut savoir qu’un des effets pervers de l’agression sexuelle est que la femme victime reste silencieuse, nous dit Karine Denis. La victime pense que c’est de sa faute. Un racontant son histoire, elle reprend la parole et le pouvoir. C’est source d’une grande motivation.

On peut y voir des vêtements de toute sorte, comme des tenues de sport, des jeans et des teeshirts, ainsi qu’une jupe de petite fille de 4 ou 5 ans…

On espère changer les mentalités.

Karine Denis

Karine Denis est optimiste. Il y a une plus grande ouverture depuis #metoo. C’est un moment où il faut garder ces changements vivants, dit-elle pour conclure.

L'exposition Que portais-tu? est présentée au Musée de Timmins jusqu’au 30 mai 2018.

Chargement en cours