Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Éric Robitaille
Audio fil du mercredi 4 avril 2018

Martin Luther King  :  Que reste-t-il de son héritage?

Publié le

« Levez-vous et faites-vous entendre », suggère cet homme à Memphis.
« Levez-vous et faites-vous entendre », suggère cet homme à Memphis.   Photo : Radio-Canada / Christian Latreille

Il y a 50 ans, Martin Luther King était assassiné à Memphis, au Tennessee. Le pasteur King a été abattu par un ségrégationniste blanc.

Pour se rappeler de cette journée tragique, mais surtout de ce que Martin Luther King a accompli, plusieurs célébrations et cérémonies commémoratives, notamment à Memphis, ont eu lieu.

Mais en 2018, quel est l'héritage du pasteur, de la vision qu'ont les Canadiens de lui?

Selon Moustapha Soumahoro, professeur agrégé à l’École des Études du Nord et des communautés à l'Université Laurentienne, le message du pasteur est universel.

« Peu importe où l’être humain se trouve sur cette Terre, l’être humain aspire à la justice sociale, affirme M. Soumahoro. L’être humain aspire à l’égalité, à l’équité. Tout être humain aspire à la liberté. C’est fondamental à la vision de Martin Luther King. »

Le passionné de lutte pour les droits civiques estime que Martin Luther King ne serait pas déçu de voir la façon dont les minorités sont traitées aujourd'hui.

Je dirais que Martin Luther King verrait, peut-être, le verre à moitié plein.

Moustapha Soumahoro, passionné de lutte pour les droits civiques aux États-Unis.

« Il avait foi dans l’être humain. Il sait que l’être humain a ses défauts, mais en chaque être humain il y avait du bon. Et il se disait que ce qui était important c’était d’aller chercher ce qu’il y a de bon dans l’être humain. »

Il rappelle que 84 % des Noirs aux États-Unis possèdent un diplôme d'études secondaires, une augmentation de 31 % depuis 1970.

Comme quoi, Martin Luither King aurait peut-être raison de voir le bon côté de la réalité.

Chargement en cours