•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une bande dessinée sur l'Ordre de Jacques-Cartier

Ça parle au Nord

Avec Éric Robitaille

Cette émission n'est plus à l'antenne

Une bande dessinée sur l'Ordre de Jacques-Cartier

Audio fil du mardi 13 février 2018

Photo : Radio-Canada / Expired Comics

Le Réseau du patrimoine franco-ontarien (RPFO) publie une série de bandes dessinées qui s'intitule L'Ordre de Jacques-Cartier.

Le premier volume, Un mystère en Ontario, paraît dans le cadre du mois du patrimoine en Ontario français.

Les créateurs de la bande dessinée sont aussi connus pour la création du super-héros sudburois Big Nick, dont les aventures sont publiées par la maison d’édition qu’ils ont fondée ensemble: Expired Comics.

C’est d’ailleurs à Sudbury que débute l’intrigue racontée dans L’Ordre de Jacques-Cartier.

Les personnages principaux suivent une série d’indices qui les met sur la piste d’une société secrète, explique Martin Deschatelets, dessinateur.

« On appelé ça Jacques-Cartier parce qu'on découvre la vraie raison pour laquelle il est venu au Canada », dit-il en riant, rappelant que l'histoire principale est fictive.

C'est entre autres pour les adolescents, parce que c'est comme de l'Indiana Jones, de l'aventure, de l'action.

Martin Deschatelets, dessinateur

Les créateurs ont proposé le projet au RPFO dans la perspective d’un outil plus ou moins éducationnel.

Alors que l’histoire de la bande dessinée relève décidément de la fiction avec des aspects surnaturels et inventés, le scénario ne manque pas d’occasions pour relater des faits divers historiques.

« C'est de la fiction, mais on prend beaucoup d'aspects de l'histoire de l'Ontario », d'ajouter le dessinateur.

Le premier volume de L’Ordre de Jacques-Cartier est disponible en prévente sur le site web du RPFO au rpfo.ca.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi