Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Éric Robitaille
Audio fil du lundi 11 février 2019

Chercheurs ontariens  :  Lynne Gouliquer et les sexes marginalisés dans l'armée

Publié le

Lynne Gouliquer dans les studios de Radio-Canada à Sudbury
Lynne Gouliquer, professeure agrégée au Département de sociologie de l’Université Laurentienne   Photo : Radio-Canada / Patrick Wright

Chaque lundi, les émissions Ça parle au Nord et l'Heure de pointe présentent une entrevue avec un chercheur franco-ontarien pour discuter de leurs travaux de recherche qui se font souvent dans l'ombre.

Lynne Gouliquer est professeure agrégée au Département de sociologie de l’Université Laurentienne.

Ses recherches portent sur les groupes marginalisés, notamment sur la place des femmes et des personnes de la communauté LGBTQ dans les forces armées.

Avant de devenir sociologue, Mme Gouliquer était elle-même militaire pendant 16 ans. C’est en commençant ses études en sociologie et en féminisme qu’elle a davantage vu l’inégalité entre les genres et notamment dans l’armée.

Toutes ses recherches sont en collaboration avec sa conjointe, Carmen Poulin, qui travaille à l’Université du Nouveau-Brunswick. Les deux ont élargi leurs travaux de recherche aux femmes pompières. Selon leurs études, la discrimination pour les femmes serait encore plus forte que dans l’armée.

Bref, le travail de Mme Gouliquer a surtout comme but de comprendre les groupes marginalisés dans des systèmes souvent créés par un autre groupe, plus fort ou plus dominant.

Ses recherches pourraient donc permettre d’aider à améliorer la situation et diminuer la marginalisation.

Chargement en cours