Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Philippe Pleau et Serge Bouchard
Audio fil du dimanche 11 novembre 2018

La parole aux personnes adoptées à l’international

Publié le

Visages en mosaïque
Couverture du livre La couleur de l'adoption de Manuelle Alix-Surprenant et Renaud Vinet-Houle   Photo : Éditions Alias

Si environ 20 000 enfants ont été adoptés à l'international par une famille québécoise depuis la fin du 20e siècle, la plupart d'entre eux sont maintenant des adultes. Le temps est donc venu pour ceux-ci d'écrire leur propre récit, rappelle Manuelle Alix-Surprenant, elle-même adoptée et coauteure du livre La couleur de l'adoption.

Les parents qui sont partis adopter un enfant à l’international ont souvent raconté leur histoire. Leurs enfants sont maintenant grands et veulent prendre la parole.

On peut maintenant construire notre propre récit avec nos propres mots, nos propres idées et, surtout, nos propres questions.

Manuelle Alix-Surprenant, auteure du livre « La couleur de l'adoption »

Leur regard n’est pas meilleur que celui de leurs parents, souligne Manuelle Alix-Surprenant, mais plutôt complémentaire.

« Il n’y a pas un récit qui est plus important ou plus pertinent que l’autre, dit-elle à Serge Bouchard et Jean-Philippe Pleau, mais c’est important d’avoir l’écoute pour pouvoir entendre les différents types de récits. »

Une histoire personnelle

Manuelle Alix-Surprenant est née en Corée du Sud avant d'être adoptée par une famille québécoise. Elle explique comment la société d'ici s’attend à quelque chose des enfants adoptés, et ceux-ci intègrent bien ces attentes. Par exemple, elle dit avoir ressenti une certaine obligation d'être reconnaissante envers ses parents. Pourtant, ce n’est pas elle qui les a choisis, raconte-t-elle.

« Bien sûr que je suis reconnaissante d’être dans une famille bienveillante, [mais] on ressent cette pression autant de façon individuelle que de façon plus générale, dans la société, de devoir devenir des parfaits Canadiens ou des parfaits Québécois, parce que c’est la preuve qu’on a réussi l’adoption des enfants adoptés à l’international. On marche constamment sur des œufs pour ne pas décevoir la famille adoptive et pour ne pas décevoir la société en général qui nous a accueillis à bras ouverts. »

Manuelle Alix-Surprenant explique que ses parents adoptifs et elle ont appris à développer un discours socialement acceptable sur l’adoption afin de répondre aux questionnements des gens.

Références :

La couleur de l'adoption, un livre de Renaud Vinet-Houle et Manuelle Alix-Surprenant, Éditions Alias
L'hybrité, organisme à but non-lucratif offrant des activités de socialisation et d'intervention pour les personnes adoptées à l'international

Chargement en cours