Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Philippe Pleau et Serge Bouchard
Audio fil du dimanche 17 juin 2018

Apprendre par la littérature jeunesse

Publié le

La couverture présente une image de Rosa Parks petite.
La couverture du livre « Rosa Parks », de Lisbeth Kaiseret,Marta Antelo, La courte-échelle   Photo : La courte-échelle

« Je préfère faire une overdose de Frida Khalo que de Blanche-Neige », lance Marie-Michèle Giguère, critique littéraire au magazine Lettres québécoises et recherchiste à l'émission La sphère (diffusée sur les ondes d'ICI Radio-Canada Première).

Elle avoue trouver extraordinaire que l’on mette des personnages historiques au cœur d’œuvres jeunesse, et encore plus lorsqu’il s’agit de femmes. « J’ai un plaisir énorme à découvrir ces livres-là, et de manière plus générale, la littérature jeunesse actuelle est incroyable. Elle n’a rien à voir avec ce que j’ai découvert dans les années 1980 ou 1990. »

Marie-Michèle Giguère souligne que son fils, qui n’a pas encore 3 ans, connaît Rosa Parks et le Grand Antonio, mais qu’il ne connaissait pas l’histoire des Trois petits cochons, découverts lors de l’heure du conte à son centre de la petite enfance (CPE). « Il me l’a racontée, car il a fait le constat que je ne la connaissais pas. C’est vrai qu’on ne la lui a jamais lue – ni Cendrillon, ni Blanche-Neige, ni les contes classiques. »

Les références
Rosa Parks, de Lisbeth Kaiser et Marta Antelo, La courte échelle
Le Grand Antonio, d’Élise Gravel, La Pastèque

Chargement en cours