•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hélène Larente : transmettre la passion de la chasse aux femmes

C'est fou...

Avec Serge Bouchard et Jean-Philippe Pleau

Le dimanche de 19 h à 20 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 2 h)

Hélène Larente : transmettre la passion de la chasse aux femmes

Hélène Larente a été initiée à la chasse alors qu'elle était enfant. (mars 2016)

Hélène Larente a été initiée à la chasse alors qu'elle était enfant. (mars 2016)

Photo : ICI Radio-Canada

« Vivre pendant une semaine en forêt et passer des heures dans un mirador à écouter la nature, tu découvres une "zénitude". C'est vraiment quelque chose d'extraordinaire. Moi, c'est nécessaire pour décrocher du stress de tous les jours. » Hélène Larente, coordonnatrice du programme « La chasse au féminin », explique pourquoi elle fait découvrir les plaisirs de la chasse aux Outaouaises.

C’est à l’âge de 12 ans qu’elle a suivi son cours de certification de chasseur pour suivre son père dans ses périples de chasse. Depuis 2007, elle transmet sa passion aux futures chasseuses en vue de faciliter l’accès à cette activité encore majoritairement pratiquée par les hommes.

La chasse est de plus en plus populaire chez les femmes. Celles-ci représentent maintenant 25 % des nouveaux détenteurs de permis.

« Il y a 10 ans, c’était beaucoup plus difficile qu’aujourd’hui, mais il y a encore beaucoup d’obstacles », souligne Hélène Larente. Des chasseuses lui ont raconté qu’elles étaient exclues des groupes de chasse de leur mari, qui ne veulent pas voir de femmes s’y intégrer.

J'ai compris pourquoi. J’ai réalisé qu’ils ont droit à une semaine de vacances par année entre boys. C’est leur temps à eux et c’est correct. Il ne faut pas juger ça.

Hélène Larente

La prise en charge des enfants est un autre frein à la pratique de la chasse pour les femmes. « Quand t’as des enfants, qui reste à la maison pour s’en occuper? C’est la femme, et le mari part à la pêche ou à la chasse. » Mme Larente constate que ça change beaucoup avec les familles plus jeunes, où les rôles sont plus flexibles.

Des techniques de chasse genrées

Le sexe du chasseur n’a pas une grande importance sur la façon de chasser. Hélène Larente soulève cependant quelques distinctions. « Majoritairement, les hommes sont plus aventureux. Ils vont aller faire de la chasse fine dans le fond des bois et sur les montagnes. Les femmes que j’ai côtoyées, et je ne dis pas que c’est la majorité, vont plus faire de la chasse en mirador ou en observation et elles vont être beaucoup plus patientes, quitte à ne pas avoir de récolte. »

Les hommes ont plus de confiance en eux. La femme, si elle a un moindre soupçon, elle va attendre, quitte à laisser passer l’animal, tandis que les gars vont être plus vite sur la détente.

Hélène Larente

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi