Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Philippe Pleau et Serge Bouchard
Audio fil du dimanche 28 janvier 2018

Au pays de la vie ordinaire

Publié le

Mathieu Bélisle au studio 30 de Radio-Canada, à Montréal, le 25 janvier 2018
Mathieu Bélisle, professeur de littérature au collège Jean-de-Brébeuf   Photo : Radio-Canada / Mathieu Arsenault

Selon le philosophe Charles Taylor, la vie ordinaire est une vie de production et de reproduction, à laquelle on pourrait adjoindre la consommation. Professeur de littérature au Collège Saint-Jean-de-Brébeuf, Mathieu Bélisle décrit ce concept, qui s'oppose à la contemplation, aux vocations intellectuelles ainsi qu'à l'engagement politique ou social.

Mathieu Bélisle constate que l’ordinaire forme une donnée constitutive de la culture québécoise. Elle s’y impose comme une sorte d’incontournable, y compris chez ceux qui consacrent leur vie à d’autres choses qu’à l’ordinaire; à ce qu’on pourrait appeler « la vie extraordinaire ».

Je sens que la vie ordinaire est en passe de devenir un horizon indépassable, et cela m’inquiète.

Mathieu Bélisle, professeur de littérature

Critiquer le contentement et le consensus
Bien qu’il ne condamne pas la vie ordinaire en elle-même, qui peut s’avérer très digne, le professeur de littérature s’interroge sur ce qu’il appelle la « pensée du terminus. » Il sent une sorte de satisfaction chez les Québécois qui s’accompagne d’une multiplication d’hommages. Il se demande si on ne devrait pas sortir d’une sorte de contentement « pour aller plus loin et se confronter à l’ailleurs ».

Il importe de remettre en question la domination de la vie ordinaire. Il s’agit d’essayer de combattre le quant-à-soi un peu cynique qui dit qu’on n’a plus raison de lutter pour des causes collectives, et que de toute façon, le monde court à sa perte.

Mathieu Bélisle, professeur de littérature

Mathieu Bélisle s’aperçoit aussi qu’au Québec, l’humour ne joue plus le rôle subversif qu’il occupe dans bien des pays. Selon lui, bien des humoristes québécois fabriquent du consensus à bas prix par le rire. Il croit que ceux-ci et les médias devraient mettre en évidence plus souvent les différences qui existent au sein de la société, afin de permettre aux gens de davantage prendre position.

Références
Bienvenue au pays de la vie ordinaire, de Mathieu Bélisle, Leméac, 2017
Les sources du moi – La formation de l’identité moderne, de Charles Taylor, Les Éditions du Boréal, 2003
Site du magazine L’inconvénient

Chargement en cours