•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C'est fou...

Avec Serge Bouchard et Jean-Philippe Pleau

Le dimanche de 19 h à 20 h
(en rediffusion le lundi à 2 h)

Choisir le Québec

Masse de manifestants avec des pancartes, dont une avec le message «Québec libre»

Manifestation en 1977 contre le projet de loi 63 qui devait promouvoir la langue française, mais dont certains ont jugé les mesures trop faibles. La loi 101 a finalement été adoptée la même année pour remplacer la loi 63.

Photo : Radio-Canada

Akos Verboczy est arrivé au Québec avec sa famille en 1986. Il se considère comme un enfant de la Charte de la langue française, même s'il vient d'Europe de l'Est. La Hongrie est toujours un peu chez lui, comme le confirme son dernier voyage sur place cette année, après 10 ans d'absence, mais c'est au Québec qu'il retrouve ses amis.

« Ma vie est ici [au Québec] », souligne l’auteur de Rhapsodie québécoise : itinéraire d'un enfant de la loi 101. Il présente toujours le Québec, particulièrement les francophones, comme sa société, tout en assumant ses identités multiples.

Je ne suis pas le seul immigrant venu au Québec durant les 30-40 dernières années et qui, aujourd’hui, se sent intégré. À partir du moment que je réalise que mon avenir est [au Québec], je m’intéresse à son passé et à sa culture.

Akos Verboczy

Arrivé dans un milieu anglophile, voire anglophone, il fait partie d’une minorité de son entourage qui a choisi le français au cégep. Un choix qui a semblé dramatique à sa mère, qui voyait dans l’anglais la planche de salut en Amérique du Nord.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi