•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand les archives permettent d’imaginer les débuts de Montréal

C'est fou...

Avec Serge Bouchard et Jean-Philippe Pleau

En reprise tout l'été
Du mardi au samedi de minuit à 1 h

Quand les archives permettent d’imaginer les débuts de Montréal

L'historienne Denyse Beaugrand-Champagne

L'historienne Denyse Beaugrand-Champagne

Photo : Radio-Canada / Mathieu Arsenault

Les premiers Montréalais, une quarantaine de personnes arrivées de Québec, se sont installés en 1642 dans ce qui n'était encore qu'une forêt de feuillus. À partir des premiers documents conservés à leur sujet, qui rapportent des cas de bigamie et de bagarres, l'historienne et archiviste Denyse Beaugrand-Champagne imagine une société plutôt violente et tendue.

Difficile de s’imaginer ce qu’ils ont d’abord fait et comment ils se sont nourris au cours des premières semaines. On ne connaît pas grand-chose de cette période de peuplement primitive. Les vieux registres conservés à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) donnent toutefois un aperçu des moeurs et des valeurs des premiers colons montréalais. « Par exemple, dit Denyse Beaugrand-Champagne, le premier jugement de Chomedey en 1651 concerne une cause de bigamie. Une jeune femme, Anne Archambault, se rend compte que son mari était déjà marié en France. L’époux fautif n’a pas obtenu de pardon pour cette faute grave. »

Si très peu de meurtres sont recensés, les archives contiennent les traces d’un certain nombre de poursuites pour injures, pour coups et pour bagarres. « En lisant ces documents, poursuit Denyse Beaugrand Champagne, on s’imagine une société assez violente. Il est certain que sur ce territoire entouré d’Iroquois, alors que les menaces d’être scalpés sont le lot quotidien, ce devait être une société assez tendue, sur la corde raide. »

On suppose aussi que des centaines de colons sont morts au cours des 50 premières années, dans ce monde si violent, mais il n’y a pas de registre permettant de les dénombrer avec exactitude.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi