•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Refuser la reconstruction mammaire après un cancer

C'est fou...

Avec Serge Bouchard et Jean-Philippe Pleau

Le dimanche de 19 h à 20 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 2 h)

Refuser la reconstruction mammaire après un cancer

L'absence, première partie
Au Québec, seulement 7 % des femmes ayant subi une mastectomie optent pour la reconstruction mammaire. Aux États-Unis et en Europe, cette proportion atteint environ 45 %.

Au Québec, seulement 7 % des femmes ayant subi une mastectomie optent pour la reconstruction mammaire. Aux États-Unis et en Europe, cette proportion atteint environ 45 %.

Photo : iStock

Marie-Claude Belzile a reçu un diagnostic de cancer du sein en 2017 et à la suite de la mastectomie, elle a pris la décision de ne pas se faire reconstruire les seins. Dans son ouvrage Penser le sein féministe, l'autrice plaide en faveur d'une déconstruction des idées reçues et d'un choix libre et éclairé pour chacune des femmes qui doivent subir une mastectomie.

« Il y a une espèce d’âgisme dans le domaine du cancer du sein. On pense la femme comme devant avoir ses seins. On pense qu’une femme jeune a une vie sexuelle active, que les seins en font partie, et donc qu’elle doit retrouver ses seins. » Marie-Claude Belzile a su rapidement qu’elle ne souhaitait pas se faire reconstruire la poitrine, pour plusieurs raisons. Elle déplore aujourd’hui que le système de santé ne propose pas aux patientes cette option.

« Moi, je ne suis pas contre la reconstruction mammaire, mais il faut que chaque femme ait toutes les infos en sa possession pour faire un vrai choix libre et éclairé. »

Selon l’autrice, pour que cela puisse se produire, il faut qu’il y ait une véritable prise de conscience sur les préconceptions du corps des femmes, à la fois dans la population et dans le corps médical. « Il faut sortir le sein de sa boîte, et puis réclamer la diversité des types de seins et des poitrines des femmes. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi