•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C'est fou...

Avec Serge Bouchard et Jean-Philippe Pleau

Le dimanche de 19 h à 20 h
(en rediffusion le lundi à 2 h)

Catherine Mavrikakis : la folie comme moteur de création

La folie, deuxième partie
Elle sourit au micro.

L'écrivaine Catherine Mavrikakis

Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Rien de grand à mon avis ne s'est fait sans folie », affirme Catherine Mavrikakis lors de la deuxième émission de C'est fou sur la folie. Si pour les lecteurs, la littérature peut être un remède à la folie, ce n'est pas toujours le cas pour les écrivains, selon elle.

On peut se perdre dans l'écriture, explique l'autrice de sept romans à Jean-Philippe Pleau et Serge Bouchard. Ce n'est malheureusement pas un remède dans la folie, mais ça peut être une espèce de garde-fou par moments.

Toutefois, la folie est un moteur de création pour beaucoup d'artistes. C'est ce qui leur permet de créer un monde qui ne serait pas autrement accessible, selon l'écrivaine.

Je crois qu'il faut parler pour les fous, pour ceux qui n'ont pas la parole et pour celle ou celui qu'on a tu en soi.

Catherine Mavrikakis, écrivaine et professeure de littérature à l'Université de Montréal

Dans sa thèse de doctorat, Catherine Mavrikakis s'est penchée sur le délire de la langue, qui permet selon elle à la pensée de sortir d'un certain carcan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi