Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Philippe Pleau et Serge Bouchard
Audio fil du dimanche 17 mars 2019

Le film La fin des terres : repenser l’identité à travers le territoire

Publié le

Un barrage hydroélectrique gigantesque.
Image du film La fin des terre de Loïc Darses   Photo : ONF

Loïc Darses explore la conscience politique et identitaire de notre époque dans son film La fin des terres. Le réalisateur, qui en est à son premier long métrage, a produit un documentaire poétique et méditatif sur notre rapport au territoire. Serge Bouchard et Jean-Philippe Pleau le reçoivent en studio.

Dans ce voyage physique à travers le Québec avec des images à couper le souffle, le voyage est aussi intérieur, tourné vers là où l’on va. Avec son film, Loïc Darses désire s’interroger sur l’absence de projet politique des nouvelles générations.

Il y a un désir de confrontation, mais surtout de tourner la caméra vers le spectateur pour qu’il puisse projeter toutes ses idées et trouver un peu sa voie dans le flou.

Loïc Darses, cinéaste documentariste

Il a décidé de masquer les visages des intervenants pour insister sur le message. Il y mélange des personnes plus connues, d’autres moins, sans qu’elles aient nécessairement le même point de vue.

« Souvent, on va associer des idées à des personnalités, et je voulais qu’on aille au-delà de ça, explique-t-il. Je voulais que l'on connecte avec la parole, avec l’idée, avec le fond. »

Un homme parle devant un micro.
Loïc Darses à l'émission Médium large le 11 mars dernier. Photo : Radio-Canada/Ronald Georges

Reprendre possession des lieux

« On ne nous a pas transmis beaucoup d’espoir », dit un intervenant dans le film. Loïc Darses ne veut pourtant pas s’arrêter à la déception. Les paysages souvent vides du film peuvent aussi représenter un appel à se les réapproprier.

« C’est à la fois un constat pessimiste […], mais en même temps, c’est vraiment un appel à se saisir [du territoire] », explique-t-il.

Les gens qui occupent un territoire, c’est peut-être ça une collectivité. Peu importe d’où on vient, si l’on habite le même lieu, on devrait se questionner par rapport à ce lieu-là ensemble.

Loïc Darses, réalisateur du film « La fin des territoires »

Il aimerait que son film participe à faire émerger de nouvelles idées sur l'avenir de la société.

« Je pense que c’est même un désir d’entrer en dialogue avec ceux qui nous ont précédés pour essayer de se projeter vers l’avant », conclut-il.

La fin des terres, produit par l'ONF en collaboration avec le magazine Nouveau Projet, est présentement à l'affiche à la Cinémathèque québécoise à Montréal.

Chargement en cours