•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C'est fou...

Avec Serge Bouchard et Jean-Philippe Pleau

Le dimanche de 19 h à 20 h
(en rediffusion le lundi à 2 h)

Simuler l’orgasme est une forme de communication

Audio fil du dimanche 27 janvier 2019
On suppose que la femme a un orgasme

Une main de femme qui tire un drap blanc

Photo : getty images/istockphoto / somkku

Simuler un orgasme est une forme de communication, selon Léa Séguin, doctorante de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) en sexologie. Dans le meilleur des cas, cette simulation peut être interprétée comme une mauvaise communication, dans le pire des cas, comme un mensonge.

Si les gens accordent une grande importance à l’orgasme, ils vont peut-être être plus enclin à simuler l’orgasme, à la place de simplement dire à leur partenaire : "Ça n’arrivera pas ce soir."

Léa Séguin, doctorante en sociologie à l'UQAM

Dans son enquête, la sexologue, qui s’intéresse à la communication entre partenaires sexuels, a relevé que les gens étaient rapides à mettre une distance entre les croyances populaires et leurs propres perceptions. « Je ne pense pas ça comme ça », disaient-ils.

On simule l’orgasme par démotivation, selon Léa Séguin, mais aussi parfois pour des raisons qui se veulent altruistes afin de donner confiance à son partenaire ou encore parce qu’on se sent soi-même inadéquat.

Le souci de l’autre est beaucoup plus présent quand il y a de l’amour.

Léa Séguin, sexologue

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi