•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une discussion pour s’attaquer au racisme systémique anti-Noirs au travail

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h,
de 16 h 30 à 19 h au Yukon

Une discussion pour s’attaquer au racisme systémique anti-Noirs au travail

Des hommes et des femmes d'origines diverses.

Le CTC organise une discussion sur le racisme au travail.

Photo : iStock / digitalskillet

« L'objectif c'est l'éducation. Je ne crois pas que les gens puissent traiter de cette question sans en avoir toute l'information », explique Larry Rousseau, vice-président exécutif du Congrès du travail du Canada (CTC).

Le Congrès du travail du Canada souligne le Mois de l'Histoire des Noirs avec une discussion sur la façon de démanteler le racisme systémique anti-noir dans les organisations, en milieu de travail. Différents groupes racialisés sont aux prises avec différents obstacles sur le marché du travail.

C'est ce que révélait entre autres une étude réalisée par le Centre canadien de politiques alternatives publiée il y a un peu plus d'un an. L'inégalité de revenu entre les Canadiens racialisés et les Canadiens non racialisés perdure jusqu'à la deuxième et à la troisième génération, et même au-delà.

On trouve beaucoup de gens de couleurs, d’immigrés qui viennent d’arriver ou qui sont là depuis deux générations. Ils gagnent 6 ou 7 dollars de moins que leurs compatriotes de race blanche, souligne Larry Rousseau.

On doit comprendre cela dans un contexte d’oppression. Tant et si longtemps que les gens de couleurs sont gardés opprimés, ils gagneront moins d’argent et seront prêts à faire les travaux que personne d’autre ne veut faire.

Larry Rousseau, vice-président exécutif du Congrès du travail du Canada (CTC)

Larry Rousseau précise que ces discriminations ne concernent pas que la rémunération, mais aussi l'octroi de projets additionnels, et la reconnaissance par les pairs au sein de son travail. Si on n’est pas dans les souliers d’une personne qui subit le racisme, comment peut-on juger si une personne est victime de racisme?, questionne-t-il. Il déplore ainsi la présence majoritaire de personnes blanches à des postes à responsabilité dans les entreprises.

Quand le premier ministre Justin Trudeau a reconnu que le racisme systémique existe au Canada [...] il a été sévèrement critiqué [...] mais ça a causé un dialogue et la grande majorité des Canadiens sont maintenant prêts à dire que le racisme systémique existe.

Larry Rousseau, vice-président exécutif du Congrès du travail du Canada (CTC)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi