•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le « Blue Monday », jour le plus déprimant de l'année?

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h,
de 16 h 30 à 19 h au Yukon

Le « Blue Monday », jour le plus déprimant de l'année?

Un homme couché sur un lit déprimé et son chien est déprimé aussi

Le troisième lundi du mois est connu comme le « Blue Monday », ou lundi de la déprime.

Photo : iStock

Chaque année, le troisième lundi de janvier correspond au Blue Monday. En d'autres termes, le jour le plus déprimant de l'année. Mais dans les faits existe-t-il un jour plus déprimant que les autres? Annie Duchesne, professeure adjointe au département de psychologie de l'Université du Nord de la Colombie-Britannique (UNBC) démêle le vrai du faux.

Je ne vous surprendrai peut-être pas en vous disant que non. Dans les faits, on ne peut pas vraiment retracer de corrélation qui démontre que cette journée est la plus déprimante, lance-t-elle d'emblée.

En revanche, la professeure admet que cette période de l'année peut être déprimante. En effet, l’euphorie des fêtes est passée, les dettes peuvent montrer le bout de leur nez et les résolutions prises n’ont pas toujours été tenues.

En ce début d'année, il faut aussi prendre en compte le contexte de pandémie que nous subissons, qui ajoute un stress chronique. Effectivement, lorsqu’on ne connaît pas l'avenir, on expérimente du stress chronique, révèle Annie Duchesne. Lorsqu’on expérimente du stress chronique, on a tendance à vouloir reproduire des comportements habituels, ce qui devient difficile de tenter de soigner son stress chronique. ajoute-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi