•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Whistler : une affluence inquiétante selon deux résidentes

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h,
de 16 h 30 à 19 h au Yukon

Whistler : une affluence inquiétante selon deux résidentes

Deux personnes sont assises dans un remonte-pente dans un décor enneigé.

Seuls les membre d'une même famille ou d'une bulle sociale peuvent emprunter le remonte-pente ensemble à Whistler en ce moment.

Photo : Radio-Canada / Félix Levert

« Il y a trop de monde ici à Whistler, beaucoup trop de personnes qui viennent pour des raisons non essentielles. Le nombre de personnes de l'Ontario et du Québec est effrayant », s'insurge Annie Gareau, urgentologue au centre médical de Whistler.


La praticienne s’inquiète de voir arriver une deuxième vague de COVID-19 à cause des visiteurs. Le nombre de personnes que nous testons a beaucoup augmenté. La plupart ne sont pas d’ici, indique-t-elle.

Tous ces gens ne sont pas supposés être à Whistler.

Dre Annie Gareau, Whistler Health Care Centre.

Les gens ne veulent pas savoir qu’ils sont positifs à la COVID-19. Ils sont ici pour faire du ski et pas pour être malades, déplore Annie Gareau, appelant la population à ne pas faire de voyages non essentiels.

Mêmes constat et inquiétude du côté d’Hélène Castonguay, résidente de Whistler et infirmière d'urgence à la retraite. Sur la montagne, c’est relativement sécuritaire, mais ce qui se passe dans le village de Whistler est dangereux, s’inquiète-t-elle.

Les gens viennent ici pour faire du ski et faire la fête. Hélène Castonguay, infirmière à la retraite, résidente de Whistler

L’infirmière retraitée n’est pas convaincue par la campagne de vaccination, trop lente à son goût. Ça prend juste un cas pour causer une catastrophe. Je trouve qu’ils devraient accélérer le processus de vaccination, surtout pour le personnel de santé, estime-t-elle.

La docteure Annie Gareau tient à souligner que la clinique de dépistage de Whistler est gratuite, même sans assurance en Colombie-Britannique. Tout le personnel soignant devrait être vacciné d’ici la fin du mois de janvier selon elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi