•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’AJEFCB plaide pour obtenir des juges francophones à la Cour suprême de la C.-B.

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h,
de 16 h 30 à 19 h au Yukon

L’AJEFCB plaide pour obtenir des juges francophones à la Cour suprême de la C.-B.

Un bâtiment de béton, au soleil, avec écrit dessus : Court of Appeal et Supreme Court.

La Cour suprême de la Colombie-Britannique ne compte aucun juge réellement bilingue en français.

Photo : Radio-Canada / Timothé Matte-Bergeron

« On n'est pas très gâtés au niveau des juges bilingues ou francophones en Colombie-Britannique », déplore Sandra Mandanici, avocate en droit criminel à Vancouver et membre du conseil d'administration de l'Association des juristes d'expression française de la Colombie-Britannique (AJEFCB).

L’AJEFCB essaie de faire pression sur le gouvernement fédéral afin qu'Ottawa nomme des juges de langue maternelle française à la Cour suprême de la Colombie-Britannique. On espère avoir au moins un juge francophone. Il n’y en a aucun pour le moment alors qu’il y a trois postes vacants, souligne la porte-parole.

Lors d'un forum sur la diversité tenu fin novembre, cet enjeu a été une nouvelle fois soulevé auprès de David Lametti, ministre de la Justice et procureur général du Canada. On a entendu lors du discours du Trône que la protection des droits des minorités était une priorité. Mais M. Lametti n’a pas nommé de juge francophone ici en Colombie-Britannique, regrette Sandra Mandanici.

Nous avons environ 65 000 francophones en Colombie-Britannique. Il serait important qu’on ait au moins un juge francophone à la Cour suprême, défend en outre l’avocate.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi