•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le secteur minier du Yukon résiste à la pandémie

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h,
de 16 h 30 à 19 h au Yukon

Le secteur minier du Yukon résiste à la pandémie

La mine Minto au Yukon

La mine de cuivre et d'or Minto, au Yukon, suit les recommandations sanitaires de la province.

Photo : Reuters / Chris Wattie

« Ça a été un très gros défi dès le mois de mars, quand j'ai reçu un appel du gouvernement me disant qu'on allait isoler le Yukon », confie Sébastien Tolgyesi, directeur général de Minto Explorations Limited.

Le 20 novembre dernier, le Yukon mettait un terme à la bulle entre le territoire et la Colombie-Britannique, face à la deuxième vague de la pandémie de COVID-19.

Il faut maintenant respecter une quarantaine de 14 jours si l'on veut se rendre au Yukon.

Cette nouvelle mesure complique les choses pour les entreprises yukonnaises qui prennent leur main d'œuvre de Colombie-Britannique, comme le secteur minier par exemple.

Sébastien Tolgyesi gère une mine de cuivre et d’or à 240 km au Nord-Ouest de Whitehorse, au Yukon. La quarantaine l’avait déjà pris de court en mars, lors de la première vague de la pandémie. On n’était pas prêt à isoler nos employés pendant deux semaines, et on a perdu presque deux semaines d’usinage, explique-t-il. Il avait alors dû renvoyer des employés chez eux : ils étaient dans l’avion pour le Yukon au moment de l’annonce, ajoute-t-il.

Face à la baisse de la main-d'œuvre, les responsables de la mine ont dû s’adapter. On a changé les horaires de travail, on a fait de très grandes rotations de presque trois mois, explique le directeur général de Minto Explorations Limited. En effet, 70 % du personnel de la mine provient d’en dehors du Yukon. On a 42 % de nos employés qui sont Britanno-colombiens, note Sébastien Tolgyesi.

Cette semaine, Sébastien Tolgyesi participait au Yukon Geoscience, une conférence virtuelle sur le secteur minier au Yukon. C’était une discussion spécifiquement sur comment les mines se sont adaptées à la pandémie, précise-t-il.

Tout le monde souffre de l’isolement, et au Yukon, au mois de novembre, décembre et janvier, il fait nuit tôt, c’est difficile pour le moral.

Sébastien Tolgyesi, directeur général de Minto Explorations Limited

Les mesures sanitaires sont strictes, le port du masque est obligatoire et les nouveaux employés sont séparés du reste du personnel à leur arrivée. Grâce à ces précautions, aucune des trois mines en activité au Yukon ne recense de cas de la COVID-19 à l’heure actuelle. On a des milliers de changements d’équipe depuis le mois de mars et on n’a eu aucun cas, rassure Sébastien Tolgyesi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi