•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h,
de 16 h 30 à 19 h au Yukon

Une deuxième vague déjà éprouvante pour le personnel soignant

une brancard transporté par des urgentistes

Les hospitalisations sont en hausse dans la province, et l'Hôpital Général de Vancouver a presque atteint sa capacité.

Photo : AP / Francisco Seco

« Il y a un stress qui s'installe. La charge de travail a bien augmenté et on en demande plus au personnel qui est déjà fatigué », confie Jérémy Siffert, infirmier au service de soins intensifs à l'hôpital général de Vancouver.

La Colombie-Britannique continue de battre des records dans la pandémie de COVID-19 avec, mercredi 18 novembre 2020, 762 cas et 10 décès annoncés. Au total, la province compte à cette date 6861 cas actifs, dont 209 personnes hospitalisées et 58 en soins intensifs.

On est mieux préparés que la première fois où on avait dû réorganiser complètement nos services, indique l’infirmier. La différence, c’est que nos unités COVID-19 sont déjà pleines. On sait que ça débute seulement et c’est déjà plein. Qu’est-ce que ce sera dans un mois ou deux ?

Habitué à travailler dans des situations anxiogènes, l’infirmier reste tout de même optimiste : On est quand même assez chanceux en Colombie-Britannique car la plupart des gens restent chez eux.

Jérémy Siffert avait témoigné en mai dernier au moment de la première vague. Cette fois, il doit faire face à un nombre plus élevé de patients graves. La proportion reste la même, mais il y a plus de monde infecté, explique-t-il.

L’infirmier s’attend encore à une augmentation du nombre de cas. Si on devait accueillir plus de personnes, on a d’autres options. On est quand même encore loin de notre capacité maximale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi