•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h,
de 16 h 30 à 19 h au Yukon

Comment célébrer l’Halloween en toute sécurité?

Une maison est munie d'un tube pour faire glisser les friandises d'halloween depuis la fenêtre jusqu'au jardin.

L'installation de tube à bonbons est une des méthodes pour passer l'Halloween en toute sécurité.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

« Si on suit les mesures que je recommande, le risque que l'Halloween mène à plus de cas devrait être minime », assure Dre Eleni Galanis, médecin épidémiologiste au Centre des maladies infectieuses de la Colombie-Britannique.

Il est bientôt temps de célébrer l’Halloween en Colombie-Britannique et au Yukon. En temps normal, c'est l'occasion de revêtir son plus beau déguisement, de participer à des soirées ou de faire du porte-à-porte pour récolter les précieux bonbons.

Mais cette année, l’Halloween tombe au début de la deuxième vague de la pandémie en Colombie-Britannique, avec un nombre de cas en hausse, et des éclosions dans des écoles de la province.

Alors, comment fêter l'Halloween en toute sécurité?

La docteure Eleni Galanis appelle à la responsabilité de chacun. Chaque communauté peut prendre des décisions locales pour savoir s’ils doivent prendre des restrictions plus importantes, indique-t-elle.

Nos restrictions sont à l’échelle de la province, dans la plupart des communautés, on considère que c’est sécuritaire de passer l’Halloween, avec certaines précautions bien sûr.

Dre Eleni Galanis, médecin épidémiologiste au Centre des maladies infectieuses de la Colombie-Britannique

L’épidémiologiste rappelle qu’il faut bien rester chez soi si l’on est malade. Le plus important c’est de rester en petit groupe [...] restez avec les membres de votre famille ou des personnes qui sont dans votre bulle sociale, ajoute-t-elle, à l’intention des personnes pouvant participer à la fête. Elle insiste aussi sur le fait de ne pas sortir de son quartier pour la collecte des bonbons, afin de limiter les risques de propagation du virus.

Ce qui me fait peur, c’est si les gens reçoivent des gens chez eux; j’invite les gens à abandonner cette idée-là, on ne veut pas de regroupement dans les maisons.

Dre Eleni Galanis, médecin épidémiologiste au Centre des maladies infectieuses de la Colombie-Britannique

Dre Eleni Galanis reste préoccupée par la hausse des cas dans la vallée du Fraser ces derniers jours. L’augmentation se fait voir depuis quelques semaines, surtout dans la vallée du Fraser, et on lui donne tout notre soutien pour éviter le pire, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi