•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Hausse du nombre de cas du syndrome inflammatoire multisystémique chez l’enfant en C.-B.

Une mère masquée installe un masque sur le visage de son fils.

Ce syndrome inflammatoire multisystémique chez un enfant (SIME) touche surtout les enfants.

Photo : iStock

Doit-on s'inquiéter de cette maladie rare mais parfois mortelle?

Au mois de mai dernier, la province recensait une demi-douzaine de cas du syndrome inflammatoire multisystémique chez l’enfant (SIME), amenant la médecin en chef de la Colombie-Britannique, la docteure Bonnie Henry, à exiger des médecins qu’ils soient tenus d’informer les autorités de la santé de tout nouveau cas de la maladie. À ce jour, on dénombre pas moins de 16 cas actifs dans la province.

La docteure Eleni Galanis est médecin épidémiologiste au Centre des maladies infectieuses de la Colombie-Britannique. Elle explique que ce syndrome, bien que rare et traitable, peut survenir après presque toutes les infections.

Le syndrome survient à cause d’une réponse exagérée à une infection par le corps qui essaie de se débarrasser de l’infection.

Dre Eleni Galanis, médecin épidémiologiste au Centre des maladies infectieuses de la Colombie-Britannique

Le symptôme le plus important de la maladie est une forte fièvre qui dure pendant au moins trois jours. Pour les enfants qui ont été atteints par la COVID-19, on constate aussi des symptômes gastro-intestinaux, ainsi que des rougeurs sur la peau, des troubles cardiaques peuvent également survenir. Cependant, la docteure Galanis précise qu’il est fréquent que le syndrome se produise sans qu’il y n’y ait d’infections.

Si elle confie qu’il est toujours difficile de voir des enfants touchés par ce syndrome, elle se dit également rassurée par la capacité de détection:

Le fait qu’on a un système en place qui est capable de détecter lorsqu’un enfant est atteint d’un syndrome comme celui-là, c’est une bonne chose.

Dre Eleni Galanis, médecin épidémiologiste au Centre des maladies infectieuses de la Colombie-Britannique

Le syndrome touche davantage les enfants, surtout les adolescents, mais pour l’instant, les médecins ne s’expliquent pas pourquoi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi