•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Comment protéger ses poumons contre la fumée en C.-B.?

Le centre-ville de Vancouver cachée en partie par la fumée des incendies de forêt.

La fumée des incendies de forêt de la côte ouest américaine plane sur le centre-ville de Vancouver.

Photo : ben nelms/cbc / Ben Nelms

« Les conseils sont de rester à l'intérieur, d'avoir des filtres pour purifier l'air, et d'éviter de faire des activités à haute ventilation comme la course ou le vélo », explique la docteure Céline Bergeron, spécialiste des maladies respiratoires à l'hôpital général de Vancouver.

La fumée des feux de forêts en provenance des États-Unis recouvre toujours une bonne partie de la Colombie-Britannique. La présence de cette fumée a poussé les autorités provinciales à publier des avis au sujet de la qualité de l'air, ainsi qu’une liste de mesures de précaution pour limiter l’impact de cette fumée sur notre organisme.

Ce sont de très petites particules qui ont la capacité de descendre loin dans les poumons et même de passer dans la circulation, ce qui cause de l’inflammation, note Céline Bergeron.

Même si le corps humain peut évacuer cette pollution avec le temps, une certaine partie peut y rester piégée. Sur le court terme certains symptômes sont à prévoir : Il va y avoir de l'irritation locale, on va le ressentir dans la gorge ou les poumons avec un petit peu d’inflammation, décrit la spécialiste des maladies respiratoires à l’hôpital général de Vancouver.

À long terme, on va probablement s’en remettre, mais dans les pays ont il y a une mauvaise qualité de l’air, on voit apparaître des maladies pulmonaires chez des gens qui n’ont jamais fumé.

Dre. Céline Bergeron, spécialiste des maladies respiratoires à l’hôpital général de Vancouver

Pour se protéger de cette fumée, le port du masque est fortement recommandé, mais pas n’importe lequel. On recommande le port d’un masque N95 ou P100, qui va être capable de filtrer les fines particules, prévient Céline Bergeron. Les masques de tissus ou masques chirurgicaux ne sont pas suffisant pour empêcher les particules de pénétrer notre organismes, selon elle.

La médecin au sein de la régie de la santé Vancouver Coastal met en garde contre les effets sur la santé pour les jeunes enfants et les personnes âgées. Le système immunitaire n’est pas complètement formé donc il y a plus de risque au niveau inflammatoire pour les jeunes enfants. Pour les personnes âgées, il y a des risques pour le coeur puisque les particules peuvent passer dans le sang, note également la médecin.

Ces trois derniers jours, j’ai eu des patients qui ont préféré faire des rendez-vous téléphonique plutôt que de venir à cause de la fumée, c’est une bonne chose.

Dre. Céline Bergeron, spécialiste des maladies respiratoires à l’hôpital général de Vancouver

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi