•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réouverture du Centre A, en toute intimité

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Réouverture du Centre A, en toute intimité

Rattrapage du jeudi 30 juillet 2020
un homme et une femme nue s'enlacent, au bord d'un étang.

L'exposition Experimental relationship, de la photographe Pixy Liao, est disponible au Centre A de Vancouver et sur son site Internet.

Photo : Pixy Liao, courtoisie du Centre A

« L'exposition a été installée en mars, avant la pandémie, mais elle traite de l'isolement social, la solitude et de la camaraderie », confie April Liu, présidente du conseil d'administration du Centre A.

Le Centre A de Vancouver, la galerie internationale d'art contemporain asiatique, a rouvert ses portes le 29 juillet 2020 pour permettre au public de profiter de l’exposition Experimental Relationship (for your eyes only, or maybe mine, too), de l’artiste photographe chinoise installée à New York, Pixy Liao.

Elle documente sa relation avec son petit-ami pendant 10 ans, explique April Liu, ça montre aussi sa vie de jeune artiste à New York, son passé en Chine, tout en identifiant de nouvelles formes d’identité et de romance.

L’exposition est disponible en ligne depuis le mois d’avril 2020 (Nouvelle fenêtre), mais le public n’a que trois jours pour profiter de cette exposition au Centre A, avant que celui-ci ferme à nouveau en préparation d’une prochaine exposition, prévue le 14 août 2020.

Pixy Liao explore les choses extraordinaires de la vie ordinaire

April Liu, présidente du conseil d'administration du Centre A

Dans ses oeuvres, Pixy Liao explore des thèmes peu abordés dans la culture chinoise. Dans la culture chinoise, ces sujets sont un peu tabous, mais Pixy Liao remet en cause les stéréotypes de la race, du sexe et de la romance, note April Liu.

Pour April Liu, la réouverture du Centre A a une signification particulière, après la montée du racisme anti-asiatique au Canada avec la pandémie. C’est important de parler de ces histoires des marginalisés au Canada, dit-elle, si nous voulons survivre cette pandémie, nous devons agir dans l’unité, le virus ne voit ni frontière, ni race.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi