•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hépatite C : une maladie trop peu dépistée

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Hépatite C : une maladie trop peu dépistée

Rattrapage du mardi 28 juillet 2020
Le Dr. Brian Conway devant son centre de test à l'hépatite C.

Dr. Brian Conway a été nommé Champion de l'élimination de l'hépatite C, à l'occasion de la journée mondiale contre l'hépatite, le 28 juillet 2020.

Photo : Radio-Canada / Christophe barachet

« Il faut retravailler les structures en place pour traiter plus systématiquement l'hépatite C », déclare Dr. Brian Conway, directeur médical du centre des maladies infectieuses de Vancouver.

Le 28 juillet est la journée mondiale contre l’hépatite. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), les hépatites virales touchent près de 400 millions de personnes dans le monde, et 95 % d'entre elles ignorent leur infection.

Le docteur Brian Conway, directeur médical du centre des maladies infectieuses de Vancouver, a été nommé Champion de l'Élimination 2020, par la Coalition pour l'élimination globale de l'hépatite, pour les travaux de son équipe sur l’hépatite C. C’est une reconnaissance de l’efficacité de l’équipe que nous avons mise en place pour essayer de dépister l’hépatite C de façon plus efficace dans les populations plus vulnérables, et leur fournir le traitement curatif qu’elles méritent, se réjouit-il.

Parmi les nombreuses hépatites virales, le virus de l'hépatite C, transmis par le sang, est la première cause d’hépatites chroniques et de cirrhose en Europe et en Amérique du Nord. Les usagers de drogues sont parmi les premiers concernés par cette maladie.

Pour le Dr Brian Conway, les gens ne semblent pas intéressés à être dépistés, ce n'est pas une priorité, ni pour eux ni pour les médecins, et puis cela concerne une population vulnérable qui a beaucoup d’autres défis à relever. L’hépatite C touche de manière chronique 28 607 personnes dans la province, mais une personne sur cinq ne saurait pas qu'elle est porteuse du virus.

Il faut encourager tous les gens nés entre 1945 et 1975, qui représentent deux tiers des infections, à se faire dépister de façon plus universelle.

Dr Brian Conway, directeur médical du centre des maladies infectieuses de Vancouver

Si l’hépatite C n’est pas traitée, 20 % des gens vont progresser à une cirrhose ou un cancer du foie qui est potentiellement mortel, explique le Dr Conway, donc ce n’est pas une maladie qui est universellement bénigne.

Pourtant, il est assez simple de guérir de l’hépatite C, lorsqu’elle est traitée à temps. Les nouveaux traitements sont des pilules avec peu d’effets secondaires et un taux de guérison de 95 % ou plus, souligne le Dr Conway. De plus, le traitement est disponible et remboursé par la province.

L’OMS veut éradiquer l’hépatite C comme problème de santé publique d’ici 2030. On a 10 ans pour le faire, mais il faut commencer maintenant, conclut-il.

La nouvelle normale doit inclure un test pour l’hépatite C pour tout.es celles et ceux où c’est indiqué

Dr. Brian Conway, directeur médical du centre des maladies infectieuses de Vancouver

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi