•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avion et COVID-19 : à quoi s’attendre?

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Avion et COVID-19 : à quoi s’attendre?

Rattrapage du lundi 27 juillet 2020
Une femme marche dans l'allée centrale d'un avion d'Air Canada. Elle porte un masque, un sarrau blanc et des gants.

Voyager en avion est devenu plus anxiogène depuis la pandémie.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Les Britanno-Colombiens qui souhaitent se rendre en France cet été devront s'armer de patience... et d'un masque. Notre chroniqueur Christophe Thoreau partage son expérience.

Même si la Colombie-Britannique déconseille tout voyage non essentiel en avion, il est actuellement possible de se rendre à l'étranger depuis Vancouver. Pour beaucoup de ressortissants français de la province, c'est parfois l'occasion de revoir sa famille après des mois de séparation.

C’est le cas de notre chroniqueur Christophe Thoreau, parti rejoindre sa famille pour quelques semaines en France au mois de juillet. Nos filles ne pouvaient pas venir nous voir, alors nous avons décidé, nous, d’y aller, explique-t-il.

Armé de son masque, il a d’abord embarqué pour Montréal, puis pour Paris. Sur notre deuxième vol, Montréal-Paris, l’avion était plein, dit-il. La compagnie avec laquelle il voyageait, Air Canada, a en effet récemment décidé de remplir totalement ses avions, en dépit des conseils de certains experts.

Le personnel de bord d’Air Canada était quasiment habillé comme des chirurgiens, cela donne une ambiance anxiogène [...] qui n’aide pas à la décontraction des passagers

Christophe Thoreau, chroniqueur et auteur

On est arrivé à Roissy Charles de Gaulle comme si la COVID-19 n’existait pas, confie Christophe Thoreau, comme l’avion n’arrivait pas d’un pays à risque, il n’y avait pas de mesures particulières mises en place à l’arrivée en France.

Après son séjour en France, son vol retour fut plus paisible, les avions n’étant cette fois pas pleins. Un chef de cabine lui a peut-être expliqué pourquoi : Quand la qualité de la climatisation de l’avion est bonne, les compagnies aériennes estiment qu’elles peuvent remplir totalement les vols, rapporte-t-il. Un avion neuf serait donc plus chargé qu’un avion plus ancien.

De retour à Vancouver, il doit impérativement respecter un isolement de 14 jours, contrairement en France. Pendant 14 jours, les autorités douanières sont susceptibles de venir taper à votre porte, prévient-il.

C’est parfois un petit peu anxiogène, mais si vous devez absolument prendre l’avion, c’est faisable

Christophe Thoreau, chroniqueur et auteur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi