•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le racisme systémique est présent aussi en C.-B.

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Le racisme systémique est présent aussi en C.-B.

Rattrapage du mardi 2 juin 2020
Une pancarte sur laquelle est écrit : Black lives matter ici aussi

Un manifestant lors d'un rassemblement au Canada pour dénoncer le racisme et la violence policière, après la mort de George Floyd aux États-Unis.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

« Le racisme est bien vivant, il n'est pas seulement américain, il est Canadien, il est humain, et il est là, tous les jours », estime Moussa Magassa, éducateur en droits de la personne humaine, et professeur en justice sociale et en résolution des conflits interculturels à l'Université de Victoria (UVic), et à l'Université de la Colombie-Britannique (UBC). Les manifestations entourant la mort de l'Afro-Américain George Floyd aux États-Unis révèlent un racisme systémique, qui est aussi bien présent dans la province comme au Canada.

Le meurtre de George Floyd aux États-Unis, ce n’est pas une histoire, pour nous les noirs et les personnes racisés, c’est une réalité qui est constante dans notre vie

Moussa Magassa, éducateur en droits de la personne humaine, et professeur en justice sociale et en résolution des conflits interculturels à l'Université de Victoria (UVic), et à l'Université de la Colombie-Britannique (UBC)

Le racisme bénéficie, protège et promeut les intérêts d’une race au dépends des autres, décrit Moussa Magassa. Le professeur associé en justice sociale note que le racisme et les violences policières sont aussi bien réelles au Canada, autant qu’aux États-Unis : On a une liste très longue de Canadiens d’origine africaine, d’autochtones, froidement abattus par la police ici au Canada », dit-il, « et au Canada on ne manifeste pas comme on le fait actuellement aux États-Unis.

Moussa Magassa reconnaît l’effort du gouvernement de la province en matière de lutte contre le racisme, mais il critique les méthodes : Il y a eu beaucoup de travail fait pour lutter contre le racisme mais il faut distinguer les politiques que l'on met en place pour lutter contre le racisme, et la lutte quotidienne contre le racisme, dit-il. Pour lui, les institutions qui luttent au quotidien contre ce racisme et ces violences policières sont non reconnues et mal outillées.

Le racisme, on le règle dans les écoles, dans le bureau, dans les magasins, dans toutes les structures de la société, même autour de la table à la maison

Moussa Magassa, éducateur en droits de la personne humaine, et professeur en justice sociale et en résolution des conflits interculturels à l'Université de Victoria (UVic), et à l'Université de la Colombie-Britannique (UBC)

Moussa Magassa veut promouvoir l’éducation contre le racisme, l’antiracisme : Il faut que l’on nomme l’antiracisme dans tout ce que nous faisons. Je regrette que Resilience BC ne s’appelle pas Antiracisme BC, confie-t-il.

Le racisme créé pour nous une société de violence, de haine et d’injustice qui n’est pas digne de nous tous en temps qu’êtres humains

Moussa Magassa, éducateur en droits de la personne humaine, et professeur en justice sociale et en résolution des conflits interculturels à l'Université de Victoria (UVic), et à l'Université de la Colombie-Britannique (UBC)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi