•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une famille de vignerons face à la pandémie

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Une famille de vignerons face à la pandémie

Rattrapage du vendredi 8 mai 2020
une famille de trois enfants sur un tracteur, la femme a un chien sur les genous, avec la vigne en fond.

Pénélope Roche et sa famille ont vu leur quotidien bouleversé par la pandémie

Photo : david mcilvride

« Ce n'est pas ce qu'on espérait pour ce moment-là de l'année, les ventes ne sont pas où elles devraient être. On essaye d'être proactif, de dire au gens qu'ils peuvent venir récupérer du vin chez nous en toute sécurité », confie Pénélope Roche, vigneronne à Penticton. Cette entrepreneuse a dû adapter son modèle économique face à la crise sanitaire actuelle, tout en s'occupant de l'éducation de ses trois enfants.

Pénélope Roche a vu son quotidien bouleversé par la pandémie de la COVID-19. Ses trois enfants n’allant plus à l’école, elle a dû laisser une grande partie des tâches de sa propriété viticole à son mari, pour se consacrer à leur éducation. C'est une preuve que je ne suis pas faite pour être professeur d’école, mais ça se passe plutôt bien, on a notre petite routine, note-t-elle.

Cela fait neuf ans que cette Française d’origine a quitté son Bordelais natal pour Penticton. Vigneronne de formation, Pénélope Roche a décidé d’ouvrir son domaine, Roche Wines, il y a trois ans. Depuis la pandémie, elle s’est tournée vers Internet pour vendre son vin : les ventes en ligne ont vraiment augmenté, c’est très prometteur, dit-elle.

Pandémie ou pas, les vignes continuent à pousser alors il faut les entretenir

Pénélope Roche, vigneronne à Penticton
une image de vigne, prise au milieu d'une allée de vignes, avec au loin des montagnes et un fleuve.

Le domaine viticole de Pénélope Roche et son mari.

Photo : Roche Wines

Heureusement pour cette vigneronne, la main d’œuvre ne manque pas en ce moment. On a beaucoup de gens qui frappent à notre porte pour poser leur candidature parce qu’ils ont perdu leur emploi, souligne-t-elle, j’espère que pour les vendanges ça sera pareil, nos meilleurs vendangeurs viennent du Québec, donc j’espère qu’ils pourront venir.

Pour garder le lien avec sa communauté et ses clients, Pénélope Roche a commencé à publier des vidéos sur Internet pour diffuser son amour et sa passion pour la viticulture. J’essaye de traduire des mots en français, j’ai encore du mal à trouver le vocabulaire de la vigne en anglais. On a trouvé ce moyen pour attirer les gens à la culture de la vigne, se réjouit-elle.

C’est un peu comme s’il y avait une vie avant et une vie après la pandémie. C’est comme si j’avais un rêve de liberté, le déconfinement me tarde énormément

Pénélope Roche, vigneronne à Penticton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi