•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un couple de Vancouver confiné sur un voilier en Nouvelle-Zélande

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Un couple de Vancouver confiné sur un voilier en Nouvelle-Zélande

Rattrapage du jeudi 7 mai 2020
un voilier en mer.

Jean Baillargeon vit sur son voilier depuis maintenant huit ans

Photo : Jean Baillargeon

« La vie sur le voilier, on est toujours en semi-confinement quand on se déplace d'île en île, ou de pays en pays, on vit nécessairement dans un espace assez étroit », confie Jean Baillargeon, retraité et navigateur. Depuis qu'il a quitté Vancouver en 2017, Jean Baillargeon et son épouse naviguent autour du globe sur leur voilier. Mais la pandémie de la COVID-19 les force à rester bloqués en Nouvelle-Zélande.

L’isolement ne fait pas peur à Jean Baillargeon. Mon épouse et moi habitons à bord du voilier depuis huit ans maintenant, donc on a nécessairement cette habitude-là, dit-il.

Il remarque cependant que la pandémie vient compliquer son mode de vie. Maintenant qu’on est en confinement en Nouvelle-Zélande, les déplacements sont minimisés. On se rend à terre de temps à autre, pour aller faire les courses, explique le navigateur.

Notre route de retour passait par la Polynésie française, puis par Hawaï, pour ensuite rentrer sur Vancouver. La plupart des pays du Pacifique Sud ont fermé leurs frontières aux plaisanciers comme nous qui voulaient rentrer dans leur pays

Jean Baillargeon, retraité et navigateur
un homme de dos face à une immense plage côtière

Depuis qu'il a quitté Vancouver en 2017, Jean Baillargeon voyage autour du monde, comme ici en Nouvelle-Zélande

Photo : Jean Baillargeon

Le retraité reste donc bloqué en Nouvelle-Zélande, et peut-être pendant encore longtemps. En prenant en compte les considérations météo, on a une fenêtre de trois à quatre mois à partir de mai pour rentrer au Canada. Donc si on ne quitte pas la Nouvelle-Zélande avant la fin juin, on ne sera pas en mesure de faire le voyage de retour vers le Canada avant l’an prochain, s’inquiète-t-il. En outre, faire rapatrier son bateau au Canada lui coûterait trop cher, plus de 70 000 dollars américains.

Alors pour s’occuper en attendant la fin de cette crise sanitaire, Jean Baillargeon répare son voilier. Depuis quelques mois, on s’affaire à entretenir le bateau, à le peindre, à faire toutes sortes de petites réparations qu’on reportait toujours, dit-il.

Au quotidien, le navigateur et son épouse rencontrent un défi majeur : avoir accès à de l’eau chaude, à des douches chaudes, reconnaît-il. Heureusement, une famille sur la côte leur a donné l’accès à une de leurs maisons pour qu’ils puissent se doucher plus facilement, tout en restant en distanciation, pour que les gens restent en santé, assure-t-il.

La pandémie de la COVID-19 est presque sous-contrôle en Nouvelle-Zélande, et Jean Baillargeon espère pouvoir bientôt rentrer chez lui.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi