•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jeune chef Vancouvérois met la main à la pâte

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Un jeune chef Vancouvérois met la main à la pâte

Rattrapage du mardi 24 mars 2020
un homme en tenue de cuisine qui termine la préparation d'un plat.

Le chef Sélim Dahmane en action

Photo : Sélim Dahmane

« Outre le fait de faire des pâtes pour mon plaisir, j'essaie de rendre service aux gens qui m'entourent », confie Sélim Dahmane, chef de partie au restaurant Nightingale à Vancouver. Ce jeune chef français profite de l'arrêt d'activité de son restaurant à cause la pandémie de COVID-19 pour livrer des pâtes fraîches faites maison à son entourage.

« Je profite de la situation délicate que vivent les restaurants pour aider les gens [...] et livrer des pâtes fraîches maison à mes amis et mes voisins », souligne Sélim Dahmane.

Après la fermeture de son restaurant, qui ne reçoit plus de public pour suivre aux recommandations de la province, il a décidé de mettre à profit ses talents de cuisinier pour aider sa communauté.

Quand on se retrouve sans travail, on se crée des occupations, et cette idée m’est venue naturellement, poursuit-il.

J’essaye de créer une sorte de communauté, ce qui est aussi le rôle des restaurants aujourd’hui, la table est un moment d’échange, où on se projette et on réfléchit ensemble.

Sélim Dahmane, chef de partie au restaurant Nightingale à Vancouver

Par la confection de ses denrées, Sélim Dahmane compte aussi rassurer ses proches : apporter à manger, surtout quelque chose de bon, ça fait toujours plaisir, ça va rapporter ce sentiment de sécurité qui manque en ce moment, ajoute-t-il.

Ce ressortissant français, en permis de travail à Vancouver, est en situation instable, même si son employeur l’a sponsorisé pour obtenir la résidence permanente.

Cependant, il ne cache pas que sa famille lui manque : En France, les gens ne travaillent plus, non plus, [...] c’est l’occasion de retrouver cette fraternité qui manque parfois dans nos familles, conclut Sélim Dahmane.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi