•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En quête d’aventure au Yukon

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h

En quête d’aventure au Yukon

Rattrapage du mardi 28 janvier 2020
Le meneur de chiens, Denis Tremblay, à l'arrivée de la course Yukon Quest en 2019 assis avec deux chiens dans les bras

Le meneur de chiens, Denis Tremblay, à l'arrivée de la course Yukon Quest en 2019

Photo : Courtoisie Yukon Quest / Whitney Mc Laren

Le meneur de chiens Denis Tremblay sera encore au départ, ce 1er février 2020, de ce qui sera sa quatrième Yukon Quest, lui qui avait terminé huitième l'an dernier. « L'année passée, j'avais dit après la course que c'était terminé, mais ça, c'est une parole de musher. Et un an plus tard, on est encore au Yukon pour le départ de la Yukon Quest », confie-t-il, amusé.

La Yukon Quest c’est plus un défi personnel, pour aller jusqu’au bout de soi-même.

Denis Tremblay, meneur de chiens.

En plus d’un défi personnel, c’est aussi un défi physique, tant pour les meneurs que pour les chiens. En effet, les participants à la course de traîneaux pour chiens Yukon Quest 1 000 doivent se rendre de Fairbanks en Alaska à Whitehorse, quelque 1 600 kilomètres plus loin.


Denis Tremblay, du haut de ses 31 ans d’expérience comme meneur de chiens, se dit prêt à cette course. Néanmoins, il ne se donne pas pour autant comme objectif de la remporter. Je ne viens pas au Yukon Quest pour gagner la course. Je ne suis pas un musher professionnel qui gagne sa vie avec ça, comparativement à certains de mes concurrents, souligne-t-il.


Il ne part cependant pas sans objectifs, il souhaite améliorer son record de l’année dernière et terminer cette année dans les cinq premiers de la course, avec moins de 12 heures d’écart avec le gagnant. Cette année, j’ai la même équipe que l’année passée et j’ai 1 000 kilomètres d'entraînement en plus, ajoute-t-il.


La course, qui prendra donc son départ de Fairbanks en Alaska le 1er février 2020, doit durer entre 9 et 14 jours, en fonction des conditions météorologiques. Le gagnant recevra un montant de 100 000 dollars américains minimum.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi