•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'évolution du féminisme dans la décennie

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h,
de 16 h 30 à 19 h au Yukon

L'évolution du féminisme dans la décennie

Rattrapage du lundi 30 décembre 2019
Des jeunes manifestent avec des pancartes et un porte-voix.

Un groupe de jeunes protestataires

Photo : Getty images/iStock / Rawpixel

« Le temps est encore mauvais pour les femmes, mais c'est une décennie qui est assez bonne pour l'avancée du féminisme », estime Isabelle Boisclair, professeure en études littéraires et culturelles à l'Université de Sherbrooke et spécialiste des théories féministes.

L’universitaire constate des progrès pour la parité dans les domaines politique et culturel. « L’intérêt pour la parité s’est densifié. On saisit enfin l’importance de la chose », perçoit-elle.

Il n’y a pas encore de victoires. Ce sont des avancées.

Isabelle Boisclair, professeure en études littéraires et culturelles à l'Université de Sherbrooke

Malgré tout, des reculs sont à noter, notamment en matière d’accès à l’avortement. Au Texas, l’avortement n’est plus couvert par les compagnies d’assurance maladie, note Isabelle Boisclair. L’Alabama l’a interdit en mai 2019, y compris en cas de viol. La loi criminalise les médecins pratiquant l’acte, leur faisant encourir jusqu’à 99 ans d’emprisonnement.

Me Too, et après ?

La professeure en littérature voit le mouvement Me Too d’un très bon oeil. Il aurait selon elle permis des avancées dans le combat contre les violences à caractère sexuel : « C’est une grande avancée ce cri de révolte que les femmes ont lancé. C’est fini l’impunité. Maintenant on passe aux accusations et aux dénonciations. »

Il reste toutefois du chemin à parcourir pour changer les mentalités. « On considère toujours les femmes comme des objets de séduction. C’est notre façon de les concevoir, c’est l’imaginaire qui a autour, toute la poésie sur les femmes. L’aura romantique, il va falloir arrêter d’y croire », avise la spécialiste qui milite pour plus d’éducation et qui souhaite, pour la décennie à venir, la « paix sexuelle » dans le monde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi