•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boulevard du Pacifique

Avec Jacques Dufresne

En semaine de 15 h 30 à 18 h,
de 16 h 30 à 19 h au Yukon

Les lessives seraient en grande partie responsables de la pollution des océans

Rattrapage du vendredi 29 novembre 2019
Photographie d'un fond sous-marin contaminé par des microplastiques.

L'océan est rempli de microplastiques dont une grande partie provient des lessives ménagères selon une récente étude de l'organisme Ocean Wise.

Photo : iStock

« Chaque année, les maisons au Canada et aux États-Unis sont responsables pour la relâche de 880 tonnes de microfibres, ce qui représente le poids de 10 baleines bleues », souligne Peter Ross, vice-président de la recherche à Ocean Wise. En moyenne, plus de 500 millions de microfibres seraient ainsi libérées par chaque foyer en une année selon une nouvelle étude de l'organisme environnemental.

La nouvelle recherche de Ocean Wise, intitulée Me, My Clothes and the Ocean, pointe du doigt les lessives, coupables de relâcher de grosses quantités de microfibres textiles dans les eaux.

« Les microfibres sont des particules fibreuses de plastique plus petites que 5 mm », précise Peter Ross. Ces éléments sont particulièrement dangereux pour les petits organismes sous-marins tels que le plancton, les poissons et les invertébrés qui les prennent pour de la nourriture.

La base de la chaîne alimentaire serait ainsi affectée. « Comme les tortues, les phoques ou les goélands, ils font des erreurs et mangent des morceaux de plastique. Ça peut bloquer, nuire, faire suffoquer et tuer », avertit le scientifique.

Plus on regarde, plus on découvre des microplastiques partout dans les océans, dont beaucoup de fibres.

Peter Ross, vice-président de la recherche à Ocean Wise

Parmi les pistes de solutions évoquées, on retrouve l’utilisation de fibres naturelles comme le coton, l’installation de filtres ou encore le changement des comportements. « Laver moins souvent, laver à froid… Il y a des manières de réduire notre impact sur les eaux », estime Peter Ross.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi