•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Familles d'accueil recherchées sur la Côte-Nord

Bonjour la Côte

Avec Bis Petitpas

En semaine de 6 h à 9 h

Familles d'accueil recherchées sur la Côte-Nord

Audio fil du mercredi 5 juin 2019
Marie-Pier Michel et Sonia Ricard, mères d'une famille d'accueil

Marie-Pier Michel et Sonia Ricard, mères d'une famille d'accueil

Photo : Radio-Canada

Les services sociaux de la Côte-Nord recherchent activement de familles d'accueil. Selon des mères qui accueillent ces enfants en difficultés, l'expérience est pourtant enrichissante.

Il y a un manque énorme de familles innues, se désole Marie-Pier Michel, mère de famille d'accueil depuis 4 ans. Je voudrais tellement avoir une grande maison et accueillir ces enfants-là.

Afin de combler ce manque, le Centre Uautshitun invite toutes les personnes intéressées à devenir une famille d'accueil à une séance d'information mercredi soir à 18 h.

Selon Marie-Pier Michel, les Innus devraient ouvrir les portes de leurs maisons aux enfants de leurs voisins.

J'ai souvent été attristée d'entendre des histoires de placements extrarégionaux. Le placement des enfants à l'extérieur déchire mon coeur de maman, confie-t-elle à l'émission Bonjour la Côte.

Je parle ma langue. Je pratique mes traditions sur le territoire à chaque période de chasse. Les enfants que je garde sous mon toit sont inclus dans mes retours aux sources. C'est à moi, en tant qu'innushkueu [femme innue] de le transmettre à ces enfants-là. J'ai tout pour le faire. Je veux éviter qu'il y ait un déracinement de la même sorte que mes ancêtres ont vécu dans le passé.

Le bien qu'on fait aujourd'hui fait le bonheur de demain.

Marie-Pier Michel, mère de famille d'accueil

Pour Jessie Landry, mère de famille d'accueil depuis un an, avoir des enfants en famille d'accueil a été une façon de se préparer à en avoir par soi-même. On avait fait notre demande pour savoir un peu si on allait être un couple fort, si on allait avoir les mêmes valeurs, la même vision de l'éducation.

Un peu de lâcher-prise, beaucoup d'amour et ça se passe bien, assure-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi