Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Bis Petitpas
Audio fil du vendredi 9 novembre 2018

L’avenir des radios communautaires en région

Publié le

Animatrice au micro d'une radio.
Animatrice au micro d'une station de radio.   Photo : Getty Images / CinematicFilm

Du 8 au 11 novembre, à Québec, se tiennent Les Jours de la Radio. Il s'agit d'un grand rassemblement de radiodiffuseurs francophones au Canada. Une soixantaine de représentants de radios locales provenant des quatre coins du pays, mais aussi des experts d'Europe et d'Afrique, sont ensemble pour parler de l'avenir de la radio. Bis Petitpas s'entretient avec Patrick Cadieux, directeur de la radio CILE MF, à Havre-Saint-Pierre, et administrateur au conseil d'administration de l'Association des radios communautaires du Québec.

Patrick Cadieux constate que les défis et les problématiques des radios communautaires au Québec et au Canada sont souvent similaires, notamment en matière de financement et de recrutement de la main-d’œuvre.

Selon Patrick Cadieux, il est impératif que les divers paliers de gouvernement utilisent les radios communautaires pour un pourcentage de leurs publicités.

On sait qu’au niveau des gouvernements, il y a beaucoup des publicités qui s’en vont maintenant sur Facebook et Google. L’Association des radios communautaires du Québec demande depuis plusieurs années… il y a une directive qui a été donnée, mais ce n’est pas une loi, c’est que les différents ministères, tant qu’à prendre de la publicité dans différents médias un peu partout, utilisent un 4% pour mettre dans les médias communautaires, indique Patrick Cadieux.

Un micro de radio.
Les radios communautaires ajoutent leurs voix à celles des grands médias. Photo : iStock/iStock

Patrick Cadieux déplore que cet objectif de 4 % n'ait même pas été atteint au cours des dernières années.

Chargement en cours