•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bonjour la Côte

Avec Bis Petitpas

En semaine de 6 h à 9 h

Pénurie de main-d’œuvre : BMR réduit ses heures d’ouverture

Audio fil du mardi 4 septembre 2018
Dominic Larouche, directeur général de la succursale BMR Laurimat de Sept-Îles et Karine Lebreux, présidente de la Chambre de commerce de Sept-Îles et contrôleur en épicerie aux Dépanneurs 7-Jours, en studio à Radio-Canada, Sept-Iles

Dominic Larouche, directeur général de la succursale BMR Laurimat de Sept-Îles et Karine Lebreux, présidente de la Chambre de commerce de Sept-Îles et contrôleur en épicerie aux Dépanneurs 7-Jours

Photo : Radio-Canada

Dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre sur la Côte-Nord, le directeur général de la quincaillerie BMR Lauremat à Sept-Îles a décidé de réduire ses heures d'ouverture pour favoriser la rétention de ses employés.

En entrevue à Bonjour la Côte, Dominic Larouche a affirmé qu’il est de plus en plus difficile d’embaucher du personnel qualifié.

On peut avoir des postes qui vont rester ouverts pendant des semaines et des mois.

Dominic Larouche, directeur général du BMR Lauremat

Selon Dominic Larouche, les travailleurs ont l’embarras du choix à Sept-Îles lorsque vient le temps de chercher un travail. Ils seraient surtout à la recherche des meilleures conditions.

Pour limiter le besoin de trouver de nouveaux employés, le directeur général du BMR mise sur la rétention de ceux qu'il emploie déjà. Pour y parvenir, il a décidé de fermer boutique à 18 h au lieu de 21 h, les jeudis et vendredis.

Les employés, qui ont maintenant leurs soirées libres, peuvent passer plus de temps avec leur famille et leurs amis.

Dominic Larouche explique que cette décision n’est pas motivée par une volonté de diminuer les coûts de main-d’œuvre. On n’a pas fait ce changement-là pour sauver de l’argent, dit-il. On ne coupe pas d’heures aux employés […] Ça augmente un peu la qualité de vie de nos employés […] Garder notre monde, c’est le but premier.

Un problème généralisé

La pénurie de main-d’œuvre est un problème que vivent de plus en plus d’employeurs sur la Côte-Nord.

Pour cette raison, la Chambre de commerce de Sept-Îles a décidé de se pencher spécifiquement sur cette problématique dans la prochaine année, selon la présidente Karine Lebreux.

Toutefois, elle affirme que la clientèle est de plus en plus sensibilisée à cette question. Les Nord-Côtiers font davantage preuve de compréhension lorsque des entreprises doivent fermer en raison d’un manque de personnel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi