Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Bis Petitpas
Audio fil du jeudi 1 août 2019

Restaurer un site minier avec des champignons

Publié le

Véhicules lourds sur le site la mine de l'Iron Ore à Schefferville.
Au courant des années 70, l'Iron Ore compte plus de 7000 employés dans ses mines au Canada.   Photo : Radio-Canada / André Le Coz

Près de Schefferville, les champignons sont utilisés pour restaurer les sites miniers.

Le projet est réalisé par les entreprises T2 Environnement et Viridis Terra Innovations et financé par la minière Tata Steel, installée non loin de Schefferville. La candidate à la maîtrise de l’Université Laval Léonie Côté travaille sur le projet, et tente de sélectionner les meilleurs champignons pour ces sites en particulier.

C’est connu. Les plantes s’associent à des champignons pour les aider à accéder à l’eau et aux nutriments, explique-t-elle.

Dans un site spécial comme celui de Schefferville, c’était intéressant les champignons, décrit-elle. Ce que l'on veut végétaliser, ce sont des résidus très pauvres en matière organique. Alors si on installe les plantes à des endroits stériles, ça se peut qu’elles aient de la difficulté à s’établir et à aller chercher les nutriments.

On ne peut pas amener du compost ou de la tourbe, parce que ça coûterait trop cher, ajoute-t-elle. Les champignons créent moins de complexité sur le plan du transport.

Des champignons adaptés aux sites

Pour cette restauration, ce sont des champignons mycorhiziens qui sont utilisés. On ne les voit pas. Ils sont accrochés à l’intérieur ou sur les racines des plantes, explique Léonie Côté. Pour avoir accès à ces champignons, il a fallu observer des racines de plantes.

Il faut que ce soit des champignons adaptés aux conditions climatiques de Schefferville, alors on a isolé les champignons qui poussent naturellement avec les plantes à Schefferville, poursuit-elle. En laboratoire, on tente de déterminer lesquels sont les plus performants et lesquels pourraient être utilisés à l’échelle industrielle.

L’étudiante a sélectionné neuf champignons plus performants, qu’elle teste en serre et sur les sites de Schefferville.

Les champignons sélectionnés pour la restauration doivent être adaptés aux conditions climatiques et aux sols des sites miniers pour agir efficacement. Par contre, selon Léonie Côté, l’utilisation des champignons peut s’appliquer « n’importe où dans le monde ».

Chargement en cours