Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Bis Petitpas
Audio fil du mercredi 31 juillet 2019

Une saison de pêche aux homards fructueuse à Sept-Îles

Publié le

Les exportations canadiennes de homard aux États-Unis représentent plus de deux milliards de dollars par année.
La pêche au homard est la pêche canadienne la plus lucrative aux États-Unis.   Photo : Radio-Canada / CBC/Kayla Hounsell

Les pêcheurs de homard accostaient leurs bateaux aux différents quais de la région dimanche dernier, ce qui marquait la fin de la leur saison. Pour une quatrième année consécutive, les débarquements sont en hausse.

Cette année, l’augmentation n’est pas aussi significative que les autres années, mais on a été agréablement surpris, observe Yan Tremblay, directeur des pêcheries de l’entreprise Uapan. La biomasse a beaucoup augmenté.

Ça fait six ans qu’on a commencé à l’exploiter, même si les pêcheurs nous recommandaient de ne pas pêcher le homard, dit-il en expliquant que la situation a beaucoup changé en six ans.

On couvre plus que nos frais, c’est devenu rentable.

Yan Tremblay, directeur des pêcheries de l’entreprise Uapan

L’augmentation de la température, sur toute la Côte-Nord, et la biomasse a beaucoup augmenté, poursuit le directeur des pêcheries, qui ajoute que 60 000 livres ont été pêchés cette saison.

Des vols de homards observés

Si la pêche au homard a été bonne cette saison, Yan Tremblay observe que le braconnage continue toutefois d’être une problématique dans la région.

Comparativement à d’autres endroits, on ne peut pas laisser des viviers en mer ici, parce qu’il y a des vols dans les viviers, dit-il.

Quelqu’un qui a le goût de lever une cage peut lever une cage.C’est quelque chose qui, malheureusement, se produit.

Yan Tremblay, directeur des pêcheries de l’entreprise Uapan

Quand on a commencé au départ, on a fait un travail avec les agents de pêches du MPO et de la Sûreté du Québec, il y a une campagne de sensibilisation, d’avertissements, mais depuis deux ans, il y a comme une recrudescence, observe-t-il.

On voit des vidéos sur Facebook, c’est illégal, c’est du braconnage, ajoute Yan Tremblay. Il y a une possibilité de saisir le bateau, le véhicule pour mettre le bateau à l’eau.


Assez de main-d’oeuvre

Alors que d’autres secteurs souffrent d’une pénurie de main-d’oeuvre, ce ne serait pas le cas dans le secteur des pêches en Côte-Nord, selon Yan Tremblay.

Il y a de la main-d’oeuvre de disponible, il y a de plus en plus de personnes qui suivent la formation pour devenir pêcheurs, observe-t-il.

C’est pas beaucoup un enjeu, la pénurie de main-d’oeuvre, pas au niveau des pêches, dit-il.

Si la pêche au homard a été bonne cette saison, les pêcheurs de crabes des neiges ont toutefois eu de la difficulté à remplir leurs quotas, tandis que la pêche à la crevette serait en situation « de crise » selon Yan Tremblay.

Chargement en cours