Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Lévesque
Audio fil du mardi 4 décembre 2018

Érosion aux Îles : utiliser les forces de la nature pour la ralentir

Publié le

Un marcheur et son chien sur une berge aux Îles-de-la-Madeleine
Le directeur de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme des Îles-de-la-Madeleine, Serge Bourgeois, n'en revient pas des dégâts causés aux berges par les fortes vagues ces derniers jours.   Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Selon le consultant en matière d'environnement, de développement durable et d'éco-ingénierie, Pierre Bertrand, le problème d'érosion aux îles de la Madeleine est naturel et appelle une solution naturelle. Construire des infrastructures qui accumulent et retiennent le sable, comme on le voit à Percé, serait plus efficace que l'empierrement. La Hollande, entre autres, serait une bonne source d'inspiration, selon lui.

Un texte de Brigitte Dubé, d'après une entrevue réalisée par Isabelle Lévesque

Entre 1988 et 1992, Pierre Bertrand était chargé de recherche en milieux côtiers pour Pêches et Océans Canada. Il était notamment le responsable des projets de restauration des milieux côtiers aux Îles-de-la-Madeleine et en Gaspésie.

Ses travaux avaient notamment permis de déterminer que les dunes reculaient depuis 400 ans au rythme de 1,4 m par an.

Selon lui, le fait que le terrain ait reculé jusqu’à 10 mètres lors de la dernière tempête est normal, du moins sur une période géologique. Lors de tempêtes, explique-t-il, les dunes sont défoncées et le sable s’accumule dans les lagunes. Normalement, l’été, la plage se recharge d’elle-même.

M. Bertrand cite la méthode de recharge de plage appliquée à Percé et au parc Forillon qui a bien fonctionné jusqu’ici. Un projet semblable chemine pour la préservation du site historique de la Grave aux Îles serait prometteur selon lui.

La recharge de la plage va bon train à Percé
La recharge de la plage va bon train à Percé Photo : Radio-Canada

La Hollande serait une bonne source d'inspiration, selon lui.

C’est quelque chose au Québec où on n’a pas beaucoup d’expérience, mais j’ose croire que des gens vont s’inspirer de travaux d’ingénierie plus avancée en milieu maritime qui se font à l’extérieur. Ce n’est pas quelque chose qui se fait au hasard. Il y a toute une stratégie derrière ça.

Pierre Bertrand, consultant en matière d'environnement, de développement durable et de l'éco-ingénierie

Le spécialiste cite le cas de la Hollande, où les gens se battent contre l’érosion depuis très longtemps.

Ils ont réussi à faire toute une gymnastique avec leur sable et à se protéger. Leur aéroport se trouve à 11 mètres sous le niveau de la mer, ce qui les stresse beaucoup. Les Hollandais ont toute une stratégie de gestion du sable. Ils l’entretiennent et l’engraissent. Il y a des barbelés et personne ne peut aller sur les dunes  parce que c’est une protection naturelle, mentionne-t-il.

Selon Pierre Bertrand, la meilleure solution consiste à utiliser de la roche pour construire des infrastructures capables de capter le sable en transition et de le stocker sur la plage. Ce sont des projets d’envergure.

On ne peut pas y aller avec des petits projets. Ça ne fonctionne jamais en milieu maritime. La force est trop forte.

Pierre Bertrand, consultant en matière d'environnement, de développement durable et de l'éco-ingénierie

Le spécialiste rappelle que les Îles font partie du patrimoine environnemental, qu’elles sont uniques dans l’est du Canada et qu’il faut absolument les protéger.

Rappelons que le député Joël Arseneau a demandé au gouvernement un fonds particulier pour la protection contre l’érosion.

Chargement en cours