•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a cinq ans, un fossile découvert à Miguasha connaissait une célébrité planétaire

Bon pied, bonne heure!

Avec Isabelle Lévesque

En semaine de 6 h à 9 h

Il y a cinq ans, un fossile découvert à Miguasha connaissait une célébrité planétaire

Audio fil du mardi 6 novembre 2018
La tête du fossile d'Elpistostege

La tête du fossile d'Elpistostege, découvert à Miguasha

Photo : Radio-Canada

Il y a cinq ans, au début de novembre 2013, les scientifiques du parc national de Miguasha diffusaient la découverte d'un fossile d'une très grande valeur. L'Elpistostège Watsoni (Elpi pour les plus familiers), ce premier poisson à s'être aventuré hors de l'eau, allait acquérir une notoriété mondiale.

Un texte de Brigitte Dubé, d'après l'entrevue d'Isabelle Lévesque

Ce fossile de 380 millions d’années mesure 1,6 mètre. Il est unique parce qu’il marque la transition entre la vie aquatique et terrestre. Il présente à la fois les caractéristiques d’un poisson et d’un vertébré à pattes.

Tenue secrète depuis 2010, la découverte du fossile représentait un événement majeur qui a secoué le monde de la paléontologie mondiale. Elle avait été présentée à Los Angeles au Congrès international de paléontologie.

Les élèves regardent attentivement le grand fossileAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les élèves étaient impatients d'enfin voir de leurs propres yeux l'Elpistostege Watsoni, ce fossile dont ils ont entendu parler durant toute l'année

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Elpi est considéré comme l’un des 10 spécimens les plus significatifs de la planète en paléontologie. Aucun autre n’a jamais été retrouvé ailleurs.

Comme l’explique le responsable de la conservation et de l’éducation au Parc national de Miguasha, Olivier Matton, le fossile n’a pas fini de susciter des questions. Qu’est-ce qui s’est passé? Pourquoi, au Dévonien, il y a eu des poissons qui en sont venus à vivre dans des environnements transitionnels qui ont mené éventuellement à la vie sur la terre ferme?

Ça a complètement réorienté le cours de l’évolution de notre lignée à nous, les vertébrés, en colonisant la terre ferme.

Olivier Matton, responsable de la conservation et de l’éducation au Parc national de Miguasha
La falaise de Miguasha, en GaspésieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La falaise de Miguasha, en Gaspésie

Photo : Radio-Canada

M. Matton ajoute qu’un premier fragment avait été découvert en 1937. Deux autres ont aussi été retrouvés, mais c’était impossible d’en savoir plus. C’était comme essayer de reconstituer un être humain à partir d’une phalange, explique-t-il.

On espérait découvrir d’autres fragments et voilà qu’on découvrait un spécimen complet!

Olivier Matton, responsable de la conservation et de l’éducation au Parc national de Miguasha
Le fossile d'Elpistostege était enseveli au pied de la falaise de Miguasha, en Gaspésie, depuis 380 millions d'années.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le fossile d'Elpistostege était enseveli au pied de la falaise de Miguasha, en Gaspésie, depuis 380 millions d'années.

Photo : Radio-Canada


Des chercheurs ont poursuivi leurs recherches depuis cinq ans en collaboration avec le paléontologue Richard Cloutier de l’UQAR.

Deux mémoires de maîtrise seront déposés bientôt et apporteront un éclairage nouveau. L’un porte sur la colonne vertébrale d’Elpi et l’autre, sur les nageoires paires, l’équivalent de nos bras et de nos jambes, mentionne M. Matton. À l’intérieur, on retrouve une ossature qui est en tous points l’équivalent de ce qu’on a nous-mêmes dans nos bras et nos jambes.

Reconstitution de l’Elpistostege watsoniAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Reconstitution de l’Elpistostege watsoni

Photo : Parc national de Miguasha / François Miville-Deschênes et Johanne Kerr

M. Matton ajoute que les scientifiques continuent à espérer de faire d’autres découvertes aussi passionnantes. La formation fossilifère d’Escuminac n’a pas fini de livrer tous ses secrets, dit-il, que ce soit sur les poissons, mais aussi sur le grand portrait sur la vie au Dévonien, notamment les invertébrés qui ne sont pas encore beaucoup connus.

Des projets de mise en valeur devraient voir le jour dans les prochaines années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi