Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Lévesque
Audio fil du mercredi 15 août 2018

Consultations médicales virtuelles : moins de déplacements pour les Gaspésiens?

Publié le

Un médecin anonyme assis devant son ordinateur
Un médecin anonyme assis devant son ordinateur   Photo : Shutterstock

Les consultations médicales virtuelles pourraient éviter de couteux déplacements aux patients de régions éloignées comme la Gaspésie, estime l'Association médicale canadienne. Pourtant, déplore-t-elle, le système de santé canadien traine de la patte en matière de consultations à distance.

Selon un sondage commandé par l’Association, les jeunes feraient davantage confiance à la technologie pour des suivis de santé avec des appareils portables ou le port d'appareils qui font le suivi de la santé en temps réel par exemple.

Selon le président, le Dr Laurent Marcoux, le Canada est en retard en cette matière, comparé à d’autres pays du G7.

Par ailleurs, il déplore le fait qu’il est presque obligatoire d’utiliser le télécopieur (fax) pour la transmission de données. La règlementation ne permet pas de le faire par voie électronique, dit-il. On dit que ce n’est pas sécuritaire au niveau de la confidentialité. Le docteur Marcoux y voit un manque de volonté de régler le problème. Pourtant, plusieurs pays du G7 l’ont fait avec succès, constate-t-il.

Un médecin
Télémédecine Photo : iStock

Selon lui, plusieurs consultations peuvent être faites sans qu’on rencontre son médecin en personne, ce qui permettrait de désengorger le système de santé. Il faudrait aussi prévoir une rémunération adaptée à ce type de consultation.

Un premier sommet sur la santé qui se tiendra à Winnipeg réunira plus de 700 médecins, décideurs de la santé et patients. Le Dr Marcoux espère que leurs réflexions communes vont amener des changements.

Il insiste tout de même sur le fait que les rencontres virtuelles ne peuvent tout régler et que les consultations en personne demeurent primordiales.

Chargement en cours