•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le « surtourisme », un terme utilisé à tort dans les régions, affirme un expert

Bon pied, bonne heure!

Avec Isabelle Lévesque

En semaine de 6 h à 9 h

Le « surtourisme », un terme utilisé à tort dans les régions, affirme un expert

Rattrapage du jeudi 28 novembre 2019
Des dizaines de personnes assistent au colloque de l'industrie touristique, dans une grande salle de l'Hostellerie Baie-Bleue, à Carleton-sur-Mer.

Un nouveau plan pour faire la promotion de la Gaspésie doit être lancé lors du colloque de Tourisme Gaspésie, à Carleton-sur-Mer.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le professeur et titulaire de la Chaire de tourisme Transat, Paul Arseneault, estime que les gens utilisent à tort le terme « surtourisme » lorsqu'il est question du grand nombre de personnes qui visitent la Gaspésie ou les Îles-de-la-Madeleine, l'été.

Pour qu’il y ait une situation de « surtourisme », il explique qu’il faut un nombre trop élevé de visiteurs, dans le temps et dans l’espace.

Il y a celui qui est urbain et celui qui est dans l’espace naturel. En Gaspésie, il n’y a pas d’enjeux naturels très importants qui ne sont gérables et qui ne sont pas gérés. Dans le cas des Îles-de-la-Madeleine effectivement, il y a une pointe très importante en juin, juillet, août. Juillet et août particulièrement, où on est dans un milieu, un système assez fragile. Il y a des réflexions qu’on peut avoir pour altérer à long terme certains écosystèmes ou la nappe phréatique.

Le professeur prévoit d'ailleurs se rendre sur l’archipel pour partager ses réflexions aux Madelinots en janvier.

Le titulaire de la Chaire en tourisme estime que le terme « surtourisme » est utilisé à tort, dans les régions.

C’est comme si c’était la faute des touristes qui envahissaient un espace alors que les autorités locales ont tous les outils, mais alors là tous autant qu’ils sont, pour réglementer le transport, pour réglementer l’hébergement.

Paul Arseneault estime qu’il y a quatre villes dans le monde où le terme « surtourisme » est approprié, Venise, Dubrovnik, Barcelone et Amsterdam.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi